RMC

"Si j’avais su qu’elle était si célèbre...": un des "papy braqueurs" de Kim Kardashian se confie

LE PORTRAIT DE POINCA - Yunice Abas publie un livre sur sa version des faits de ce spectaculaire braquage.

Yunice Abbas est l’un des auteurs du braquage de Kim Kardashian à Paris en 2016. Uu des 5 papys braqueurs parce qu’ils avaient tous plus de 60 ans. Ils avaient séquestré la superstar américaine de télé réalité dans son discret hôtel de luxe parisien. Ils étaient repartis avec des bijoux pour une valeur de 9 millions d'euros puis ils s'étaient tous fait arrêter assez vite.

Yunice Abbas a fait presque deux ans de prison préventive puis il a été libéré en attendant son procès aux assises sans doute à la fin de l’année. Il pense qu’il risque entre 5 et douze ans et s’attend donc a bientôt retourner en prison.

En attendant, il publie un livre qui est sorti jeudi. "J’ai séquestré Kim Kardashian." Il y raconte l'opération, il explique que la star n’a pas du tout résisté, qu’elle a donné tous ses bijoux puis s’est laissé ligoter sur son lit. Il reconnaît la violence des faits et lui présente ses excuses.

Où est l'argent des bijoux?

L’opération n’a duré que quelques minutes, Yunice Abbas est reparti à vélo. Un vélo crevé. Il a chuté, les bijoux se sont étalés sur le trottoir. Les papys étaient un peu pieds nickelés. Finalement ils se sont fait rapidement arrêter trahi par leur ADN. Yunice explique qu’il portait pourtant deux paires de gants mais il ne savait pas que les experts venaient de faire des progrès et que même avec des gants, on laisse désormais des traces.

Il explique qu’il ne savait pas non plus qui était Kim Kardashian ni qu’elle était mariée à Kanye West, le roi des rappeurs américains. Il ne l’a compris que le lendemain matin en écoutant la radio et en découvrant l'impact médiatique mondiale de leur braquage. Il dit aujourd’hui: "Si j’avais su qu’elle était si célèbre, j’aurais refusé le braquage".

Yunice Abbas a 67 ans aujourd’hui. Il a commencé sa carrière dans le banditisme à 18 ans, parce qu’il était doué pour ouvrir les coffres. Il a fait beaucoup de braquages. En rentrant dans les banques, il demandait que l'on trouve des sièges pour que les personnes âgées puissent s'asseoir. En tout cas, c’est ce qu’il raconte, en essayant de passer pour un braqueur à l’ancienne, du temps ou les bandits avec du respect et une seule parole.

Il a finalement passé une grande partie de sa vie en prison. Ou l’on croise, dit-il, beaucoup de misère psychologique.

Ses co-détenus le félicitaient souvent pour son braquage du siècle. Il répondait: "Tu parles d’un succès puisque je me retrouve ici". Quant à l’argent des bijoux. Une petite partie a été retrouvée chez lui lors de son arrestation. Le reste est dans la nature…

Nicolas Poincaré (avec J.A.)