RMC

Faut-il interdire les "unes" des magazines porno à la vue de tous dans les kiosques ?

Ces affiches suggestives sont souvent à la vue de tous près des kiosques, et une association lutte contre cette exposition non-voulue des enfants à la pornographie.

L'humoriste Florence Foresti a beaucoup fait parler d'elle sur les réseaux sociaux récemment. En effet, elle a dénoncé les couvertures des magazines pornos affichées sur les kiosques à journaux dans Paris, via son compte Instagram. Selon elle, les couvertures, trop suggestives, peuvent choquer les enfants.

Les kiosquiers ne sont pourtant pas responsables de ces contenus exposés publiquement: c'est leur régie publicitaire, centralisée, qui exploite ces espaces dans le respect de la loi.

"Ca fait des décennies qu'elles sont dans le paysage"

Sur la façade des kiosques partout en France on peut voir, tout en haut, des unes de magazines pornographiques, avec des actrices seins nus, fesses à l'air. Pour Geoffrey, 30 ans, il n'y a toutefois pas de quoi s'inquiéter.

"Ca ne me choque, ça fait des décennies qu'elles sont dans le paysage", estime-t-il.

Mais certains ne sont pas de cet avis. Pour Aurélie, ces images ne doivent pas être affichés ici, dans un lieu public, à la vue de tous, surtout à 300 mètres de l'école maternelle de sa fille.

"Ces affiches sont représentatives toujours d'une sexualité crue et surtout de la femme objet"

"Ca me choque de voir ça en devanture direct, c'est très tendancieux, des photos comme ça ça doit être à l'intérieur et pas à l'extérieur."

Et cette maman a des raisons de s'inquiéter, car les impacts sont réels sur les plus jeunes explique la psychologue Michelle Boiron.

"Un enfant qui est confronté à huit ans à regarder une image pornographique n'est pas prêt à recevoir cette image. Ces affiches sont représentatives toujours d'une sexualité crue et surtout de la femme objet. On ne peut pas laisser toute une génération d'enfants abîmée par ça."

Seul le ministère de l'intérieur pourrait faire interdire l'affichage de ces unes pornographiques.

Alice Froussard (avec J.A.)