RMC

Francine, 81 ans, privée de ses économies en "bons du Trésor": "touché", Bruno Le Maire va "rééxaminer" le dossier

INFORMATION RMC - Francine, veuve de 81 ans, a perdu presque 90.000 euros d'économies à cause d'une loi modifiant la prescription des "bons du Trésor", sans être prévenue. L’Etat refuse de lui rendre.

Nous vous en parlions sur RMC lundi: Francine Chaffard, 81 ans, a, pendant des années avec son mari, investi dans des “bons du trésors” des titres d’emprunts.

Désormais veuve, elle se rend en 2017 à la trésorerie de Toulon pour retirer un peu des économies qu’elle a sous forme de ces emprunts officiels. Mais le retrait est refusé, on lui annonce que ses bons ont expiré, comme le raconte sa fille.

"Elle était complètement effondrée. Elle en était malade, elle perdait toutes ses économies. (...) C'est une famille où l'on croit en l'Etat. Ma mère avait cet aspect de confiance en l'Etat, qui s'est effrité on va dire. L'Etat nous ignore. C'est un peu le mépris du petit citoyen" confiait-elle sur RMC.

Francine a ainsi "perdu" près de 90.000 euros en bons du Trésor. 

Rebondissement après la médiatisation de cette affaire par RMC: le ministre de l'Economie Bruno Le Maire va "réexaminer" ce dossier porté par la Défenseure des droits. 

Interpellé sur le sujet lundi soir, le ministre "s'est dit très touché par cette affaire" et a indiqué qu'il allait "réexaminer" le dossier. "Si elle n'a pas été avertie (du changement de la loi), il faut bien effectivement réexaminer le sujet", a-t-il expliqué. 

Le Défenseur des droits avait, pour sa part, sollicité à de nombreuses reprises le ministère des Comptes publics et celui de l'Economie et des Finances pour demander le "réexamen bienveillant de ce dossier" et accorder "à titre exceptionnel" et au nom de l'"équité" le remboursement des bons, détaille son rapport spécial. Mais l'administration et les responsables du cabinet de Bruno Le Maire répondent défavorablement à cette demande, estimant que l'Etat n'avait pas d'obligation d'information concernant la nouvelle loi ayant modifié la prescription des bons. 

Dans un communiqué, la Défenseure des droits Claire Hédon qui a décidé, chose très rare, de publier son rapport spécial au Journal officiel, "déplore" les manquements de l'Etat dans cette affaire. Dans son rapport, elle estime notamment que la trésorerie de Toulon a commis des "fautes" qui engagent l'administration.

Maxime Brandstaetter (édité par J.A.)