RMC

"Il y avait mon nom, mon adresse et une phrase...": sur RMC, le témoignage d'une victime présumée de Joël Le Scouarnec, l'ex-chirurgien pédophile

Le procès de Joël Le Scouarnec, le chirurgien pédophile de Jonzac, reprend ce lundi pour 4 jours devant les assises de Charente-Maritime à Saintes. Il avait été suspendu il y a 8 mois à cause de l'épidémie de coronavirus.

Un procès pour viols et agressions sexuelles sur quatre mineures. La fille de ses voisins de Jonzac, âgée de 6 ans en 2017, deux de ses nièces pour des faits commis chez lui, à Loches entre 1989 et 1999, et une patiente de l'hôpital de cette ville d'Indre-et-Loire qui n'avait que 4 ans en 1993.

Un premier volet dans cette affaire Le Scouarnec, puisque le chirurgien aujourd'hui âgé de 70 ans a été mis en examen dans une deuxième procédure à Lorient pour viols et agressions sexuelles sur 312 victimes.

Des agressions supposées de jeunes patients au sein de différents hôpitaux qui auraient été commises tout au long de la carrière du chirurgien et ensuite méthodiquement consignées dans des carnets retrouvés par les enquêteurs chez lui.

"Si des gens avaient parlé on ne serait sûrement pas là"

Pour ces victimes justement, il y a donc beaucoup d’attentes sur ce premier procès. Amélie à 9 ans lorsqu’elle est opérée de l’appendicite par le Docteur Le Scouarnec. L’an dernier elle découvre que son nom figure dans les carnets du chirurgien: "Il y avait mon nom, l’adresse de mes parents, mon numéro de téléphone et une phrase..." Quelques mots indiquant que Joël Le Scouarnec aurait abusé d’elle lors de l’opération.

Après des années de thérapies, Amélie attend désormais des réponses: "J’attends que sa femme soit jugée parce qu’elle aurait pu tout arrêter. Si des gens avaient parlé aussi bien dans le milieu familial que dans le milieu hospitalier, on ne serait sûrement pas là avec autant de victimes".

Amélie espère aussi une peine exemplaire pour le chirurgien: "J’espère que justice sera faite et qu’il ne va jamais ressortir. S’il reste en prison, on aura tous gagné. C’est comme si c’était mon procès, je m’y associe. J’ai vraiment envie qu’il reste en prison".

"On espère que Joël Le Scouarnec reconnaîtra les faits de viols"

Un premier procès qui n’aurait pas pu se tenir sans le courage de l’ancienne petite voisine du Docteur Le Scouarnec, rappelle Amélie. "En libérant sa parole elle nous a permis de libérer la nôtre", conclu-t-elle.

Cette ancienne petite voisine qui a révélé l'affaire, c'est Lucie, alors âgée de 6 ans au moment des faits. Son avocate espère elle aussi que l'ex-chirurgien pédophile va reconnaître les faits: "On espère que Joël Le Scouarnec reconnaîtra les faits de viols pour lesquels il est renvoyé devant la Cour d’assises de Charente-Maritime (…) Nous verrons dans le second volet du procès les responsabilités familiales et professionnelles de son entourage", a-t-elle témoigné ce lundi sur notre antenne.

Un témoignage de la femme de Joël Le Scouarnec également très attendu par Jérôme Loiseau, le père de l’ancienne voisine du chirurgien: "On a envie que ça se termine. Ça fait trois ans et demi donc on a envie de souffler. On espère que Madame Le Scouarnec sera là. Il faut qu’elle témoigne, on a besoin de l’entendre. Je pense qu’elle était très bien au courant de ce qu’il se passait. Pourquoi elle n’a jamais rien dit? On a besoin de le savoir. Si elle avait parlé, ma fille n’aurait pas été violée".
Jean-Baptiste Bourgeon (avec C.P.)