RMC

Adrien Quatennens se "met en retrait" de ses fonctions à la France insoumise

Adrien Quatennens à l'Assemblée nationale en 2019

Adrien Quatennens à l'Assemblée nationale en 2019 - DOMINIQUE FAGET / AFP

Dans un communiqué de presse, le député LFI Adrien Quatennens a annoncé se mettre en retrait de ses fonctions de coordinateur de la France insoumise et explique les faits qui lui sont reprochés par sa femme dans une main courante.

Dans un communiqué de presse publié sur twitter, le député LFI Adrien Quatennens a annoncé sa mise en retrait de ses fonctions de "coordinateur" de la France Insoumise. Dans ce même communiqué, le député "fait le choix difficile et coûteux de m'exprimer en toute transparence sur la situation, dans l'espoir que nous puissions trouver le chemin de l'apaisement dans notre famille et dans l'opinion" et explique les faits qui lui sont reprochés par sa femme dans une main courante, consécutive à leur procédure de divorce.

"Je pourrais faire le dos rond, minimiser les faits et attendre que la tempête passe. Mais, parce que je suis responsable politiquement et que je tiens à l'exemplarité à laquelle je veux m'assigner et qui a toujours été ma ligne de conduite, j'en tire les conséquences politiques. Je me mets en retrait de ma fonction de coordinateur de La France Insoumise pour protéger le mouvement. ses militants et toutes celles et ceux qui complent beaucoup sur moi."

"Je ne suis pas un homme violent"

En pleine procédure de divorce avec son épouse, Adrien Quatennens explique que les faits reprochés par sa femme dans une main courante, "qu'il ne m'appartient nullement de juger l'opportunité", viennent de plusieurs disputes que le couple a eu: "Si mon épouse a jugé nécessaire de la déposer pour laisser une trace dans le contexte particulier des tensions autour de notre divorce, cela lui appartient."

"Depuis cette annonce de séparation, nous avons eu des disputes. Dans l'une d'entre-elle, dans un contexte de rupture de communication entre nous, je lui ai saisi le poignet. Dans notre dernière dispute, probablement celle qui a justifié son choix de déposer une main courante, je lui ai pris son téléphone portable. Voulant le récupérer, elle m'a sauté sur le dos. Je me suis dégagé et, en me relâchant, elle s'est cognée le coude. Dans ce contexte d'annonce de séparation, j'ai envoyé de trop nombreux messages à mon épouse pour tenter de la convaincre que nos difficultés de couple pouvaient être dépassées."

Adrien Quatennens explique qu'un autre fait peut lui être reprochés, ce jour où "dans un contexte extrême tension et d'agressivité mutuelle, j'ai donné une gifle. Je l'ai donnée alors que cela ne me ressemble pas et cela ne s'est jamais reproduit". Il estime dans ce communiqué "qu'aucun contexte, si complexe que fit la situation ne justifient ces comportements". "Je ne suis pas un homme violent. Je déteste la violence en général et spécialement envers les femmes. (...) Je veux donc présenter à nouveau mes excuses à Céline" dit le député qui demande à ne pas être résumé à "cet épisode". Ces "épisodes" qui l'obligent à se mettre en retrait volontairement aujourd'hui.

"Un acte de malveillance politique"

Dans ce communiqué, Adrien Quatennens dénonce aussi "un acte de malveillance politique":

"Je condamne fermement l'acte de malveillance politique consistant à faire fuiter dans la presse le contenu d'une main courante, contre la volonté clairement exprimée de la personne l'ayant déposée, qui n'en souhaitait pas la moindre suite et l'avait précisée, dans le seul but d'atteindre un homme politique dans son engagement et, à travers lui, toute une famille et tout un mouvement."

"Je ne souhaite à personne les feux de la rampe que nous avons à subir dans un moment aussi dur que celui d'un divorce." conclut-il.

MM