RMC

Affaire Adrien Quatennens: malaise palpable à La France insoumise et à gauche

Adrien Quatennens a publié un communiqué ce week-end concernant la révélation d'une main-courante le visant déposée par sa femme, admettant notamment une "gifle". Le soutien de Jean-Luc Mélenchon, sans mot pour la victime, a ensuite amplifié le malaise à gauche.

Adrien Quatennens se met en retrait de sa fonction de coordinateur de la France insoumise. Figure de la jeune garde du parti, le député du Nord reconnaît les violences envers son épouse dont il était accusé ces derniers jours, alors qu'il avait été révélé mardi qu'il était visé par une main courante.

Dans un long communiqué, Adrien Quatennens est revenu sur plusieurs épisodes de disputes, et a admis une "gifle", "dans un souci de transparence et d'apaisement". Il dit "profondément regretté ce geste". Il s'est ce week-end mis en retrait de ses fonctions à La France insoumise.

Les tweets de Mélenchon passent mal

Mais le malaise est palpable chez les Insoumis et pas seulement. "Maintenant qu'Adrien s'est mis en retrait. Qu'on les laisse les tranquilles!" Réaction d'un des rares députés insoumis qui décrochait son téléphone dimanche.

Pour justifier leur silence, les collègues du député du Nord évoquent une affaire privée qui n'aurait jamais du être rendue publique. Mais c'est surtout les tweets de Jean-Luc Mélenchon qui passent mal. Dans un message posté dimanche midi, l'ancien candidat à la présidentielle salue la dignité et le courage d'Adrien Quatennens, sans avoir un seul mot pour la victime.

Avant un deuxième tweet trois heures plus tard pour apaiser les tensions. "Je n'aurais pas écrit ça mais Jean-Luc Mélenchon a de l'affection pour Adrien Quatennens et il le voit comme son héritier", justifie tant bien que mal un député insoumis.

Mais les alliés de La France insoumise au sein de la Nupes sont beaucoup moins mesurés. "C'est lamentable", commente un cadre socialiste. "Un leader politique ne peut pas réagir comme ça en 2022".

Pierrick Bonno (édité par J.A.)