RMC

"C’est un vrai fan de sport": Karl Olive défend l’attitude d’Emmanuel Macron avec les Bleus

Dans "Les Grandes Gueules" ce mardi sur RMC et RMC Story, Karl Olive, le maire de Poissy (Yvelines) et député Ensemble, a pris la défense du président Emmanuel Macron. Son attitude avec les Bleus, après la défaite en finale de la Coupe du monde, a été critiquée par l’opposition, notamment à gauche.

Bondissant et criant dans la tribune officielle, réconfortant sur la pelouse, remobilisant dans le vestiaire… Emmanuel Macron était presque le 12e homme de l’équipe de France dimanche soir au Qatar, pour la finale de la Coupe du monde face à l’Argentine. Mais les images du président de la République tentant de redonner le moral à Kylian Mbappé, tête basse, ou saluant les Bleus pour leur parcours malgré l’issue cruelle, ont été critiquées par l’opposition en France, notamment à gauche.

"C’est un président qui est supporter, qui aime le sport, qui adore le football. Il a une vraie complicité avec l’équipe de France, Didier Deschamps et Kylian Mbappé", assure Karl Olive, maire de Poissy (Yvelines) et député Ensemble, pour défendre l’attitude d’Emmanuel Macron, dans "Les Grandes Gueules" ce mardi sur RMC et RMC Story.

"Il est dans son rôle de président de la République, premier supporter d’une équipe, ajoute celui qui était également du déplacement au Qatar. Ce n’est pas politiser le foot. Qu’est-ce que c’est que cette polémique à deux balles? Je suis très heureux et fier d’avoir un président de la République qui ne soit pas Bernardo dans Zorro, Jojo les grands pieds… et qui ne soit pas dans le calcul. C’est formidable."

"Pas un poisson rouge dans un bocal"

Selon Karl Olive, Emmanuel Macron pourrait mettre en valeur d’autres éléments pour sa communication. "Il y a des choses dont il ne va pas suffisamment parler à mon sens, explique-t-il. Le fait d’emmener dans les bagages et d’inviter Farrah El-Dibany, la chanteuse égyptienne qui est à l’opéra de Paris, ça a été décidé par le président de la République et c’était formidable d’avoir la Marseillaise interprétée par un tel talent. La veille, il décide aussi de faire venir un robot pour qu’un enfant hospitalisé en France, et un autre en Argentine, puissent assister à la rencontre quasiment sur le terrain. C’est une fabrication française. C’est formidable, je suis fier de cela."

Et pour l’ancien journaliste, dans le contexte de crise sanitaire, de guerre en Ukraine, d’inflation ou encore de tension énergétique, "ça fait du bien d’avoir vécu cette Coupe du monde". "Quel bonheur d’entendre les Français parler football, de les voir avec le sourire, avec tout le quotidien merdique qu’on vit depuis deux ans. Les Français étaient très heureux, y compris d’avoir un président de la République qui n’est pas un poisson rouge dans un bocal. Il faut l’assumer et il l’assume complètement."

LP