RMC

Cabinets de conseil: la commission des 1.000 premiers jours "choquée"

Dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, Isabelle Filliozat, psychothérapeute et vice-présidente de la commission des 1.000 premiers jours, a reconnu que les experts avaient été "choqués" en apprenant que le cabinet Roland Berger avait également été missionné sur le sujet pour 425.000 euros.

"On entendait toujours: ‘On n’a pas d’argent’." Isabelle Filliozat, psychothérapeute et vice-présidente de la commission des 1.000 premiers jours de l’enfant dirigée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, qui a rendu son rapport en septembre 2020 après un an de travail, a été désagréablement surprise en apprenant que le gouvernement avait également missionné le cabinet de conseils Roland Berger sur le sujet, pour la somme de 425.000 euros.

"C’est vrai que quand on a vu paraitre dans la presse que 425.000 euros auraient été payés à un cabinet extérieur, comme si c’était associé, comme si ces travaux avaient aidé notre commission, on a bien sûr été choqué", explique-t-elle ce jeudi dans ‘Apolline Matin’ sur RMC et RMC Story.

"Pendant le travail de la commission, on était choqué de la manière dont on était traité, ajoute-t-elle. Ce que nous disait le ministère, c’est ‘on ne peut pas trop dépenser l’argent public’. Ils se sont montrés très chiches à notre égard. Je ne sais pas exactement à quoi ont été consacrés ces 425.000 euros, mais il est clair que ça n’était pas du tout le même travail."

"Adrien Taquet était désolé"

Selon Isabelle Filliozat, Adrien Taquet, le secrétaire d'État chargé de la Protection de l'enfance, a fait part de son embarras auprès de la commission des 1.000 premiers jours.

"Il était désolé, parce que ce n’était pas normal qu’il y ait eu si peu de défraiements et que les étrangers n’aient pas pu être correctement accueillis, raconte la psychothérapeute. Il a dit que c’était dommage qu’on nous ait dit qu’on ne pouvait pas financer la traduction de notre rapport. On entendait toujours : ‘On n’a pas d’argent’."

Le gouvernement aurait aussi rassuré la commission. "Pour eux, c’est très clair, il n’y aucun rapport entre ce qu’a produit le cabinet Roland Berger et ce que nous avons fait", souligne Isabelle Filliozat.

LP