RMC

Couper l'eau quand on se brosse les dents, ça ne suffira pas face à la catastrophe climatique

Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise aux élections européennes, a précisé son programme écologique ce lundi sur RMC. Elle estime qu'il faut "prendre dans la poche" des grands groupes plutôt que dans celles des particuliers et arrêter de les faire culpabiliser concernant les gestes du quotidien qui restent "essentiels".

L’écologie est un des thèmes majeurs de l’élection européenne dont le scrutin se déroulera en France ce dimanche. La France Insoumise mise sur une écologie "populaire" comme nous l'explique Manon Aubry, tête de liste LFI aux européennes, ce lundi matin en donnant des précisions concernant son programme pour préserver l'environnement dans "Bourdin Direct" sur RMC.

"C’est une écologie qui se fait avec les classes populaires, concrètement ce n’est pas l’écologie de la taxe carbone que nous a proposé le gouvernement qui prend dans la poche des plus pauvres et de ceux qui n’ont pas d’alternatives de transport."

"Il faut prendre dans la poche de ceux qui polluent le plus"

La France Insoumise compte ainsi viser les grands groupes et leur "prendre dans la poche" les financements nécessaires plutôt que dans celles des particuliers.

"Nous on ferait payer les premiers responsables. Les 10% les plus riches sont responsables de la moitié des émissions de gaz à effet de serre c’est pareil pour les grandes entreprises. Alors il faut prendre dans la poche de ceux qui polluent le plus, des entreprises comme Total plutôt que demander aux gens de le faire au quotidien. Avec nos petites mains, on ne va pas construire des éoliennes, mais il faut investir."

Petits gestes pour la planète: "Il ne faut pas culpabiliser les gens"

Si elle estime que les petits gestes du quotidien sont "essentiels", Manon Aubry relativise leur importance et estime qu'il ne faut culpabiliser les gens sur ces actes.

"Penser qu'à éteindre l’eau quand on se brosse ou éteindre la lumière, ça ne suffira pas pour faire face à la catastrophe climatique. C’est essentiel, évidemment, mais je pense qu’il ne faut pas culpabiliser les gens. C’est à l’Etat d'investir et ça créera de l’emploi. Manger moins de viande, manger bio... Mais deux fois plus de cadres mangent bio que des ouvriers car ça coûte plus cher. Il faut réorienter la politique agricole vers une agriculture paysanne de proximité. Ce n'est pas normal que les plus pauvres n'ait pas le choix de quoi consommer."
James Abbott