RMC

Neuilly: pour les électeurs fillonistes, "Dupont-Aignan voulait des sous pour rembourser sa campagne"

A Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine, près de 65% des électeurs ont voté François Fillon au premier tour de la présidentielle. Mais ils ne semblent pas séduits par la nouvelle alliance entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan.

En tendant la main à Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen espérait-elle attirer les votes fillonistes? A Neuilly-sur-Seine, une ville aisée de la banlieue parisienne, les électeurs ne sont pas convaincus. Ils ont voté à 65% pour le candidat Les Républicains au premier tour de la présidentielle, mais le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen ne les incite pas à basculer en faveur de la candidate du Front national.

Patrick, a choisi François Fillon au premier tour et dimanche il votera Emmanuel Macron sans hésiter: "Le ralliement de Dupont-Aignan, ça ne me fait pas passer du côté de Le Pen parce qu'il joue son propre intérêt. Il voulait trouver les sous pour rembourser sa campagne, ça m'énerve beaucoup".

"Pas d'arrivée massive d'électeurs"

Sur la dizaine d'électeurs fillonistes que nous avons rencontrés, seule Marie semble moins catégorique: "J'espère qu'elle évolue avec Dupont-Aignan. Mon cœur voudrait y croire, mais ma volonté est dans le doute. Je me donne encore du temps mais sinon je voterai blanc".

Jean-Paul Gautier est historien spécialiste de l'extrême droite. Il ne croit pas à la brèche ouverte à droite: "C'est la première fois qu'elle arrive à passer un accord avec un autre parti politique mais ça ne change pas le programme de fond du Front national. Ça ne va pas être une arrivée massive d'électeurs de la droite vers le nouveau duo".

Selon ce spécialiste, si Marine Le Pen veut dépasser le plafond de verre, il lui faudra surtout convaincre demain soir, pendant le débat face à Emmanuel Macron.

P.B. avec Amélie Rosique