RMC

Pénurie d'assesseurs et désarroi des maires: "mais où sont En Marche! et le Front national?"

Beaucoup de maires ont du mal à trouver des assesseurs pour tenir les bureaux de vote le 7 mai, pour le second tour de la présidentielle. Conséquence de l'élimination des candidats du Parti socialiste et des Républicains, gros fournisseurs habituels d'assesseurs. RMC s'est rendue en Essonne, où le manque est flagrant.

C'est l'une des conséquences de l'absence au second tour de la présidentielle d'un candidat des Républicains et du Parti socialiste: les maires ont beaucoup de mal à trouver des assesseurs pour le 7 mai. Les maires doivent être assistés de deux personnes pour le scrutin, mais sans le PS ni LR, c'est très compliqué. L'ancrage du mouvement En Marche n'est pas encore très important et les assesseurs FN sont généralement peu nombreux à se manifester.

"On va galérer"

Exemple dans le département de l'Essonne, où RMC s'est rendue. Le FN n'avait que 85 assesseurs pour 879 bureaux de vote au premier tour, et En Marche! à peine plus de 280, contre 1.200 pour Les Républicains. "Je sens qu'on va galérer sur un certain nombre de bureaux, s'inquiète, le sénateur-maire de Massy, Vincent Delahaye, qui doit remplir 25 bureaux de vote. Le jour du vote, on commence à 7h30 et on finit à 23 heures, donc il faut que les assesseurs puissent tourner sur la journée. En Marche plus le FN, ça ne fait qu'une dizaine d'assesseurs. Les 40 autres seront des amis que je vais solliciter. Il ne suffit pas d'avoir des électeurs, il faut avoir des personnes qui acceptent de passer du temps pour faire vivre la démocratie".

Un appel sur Facebook pour trouver des assesseurs d'En Marche!

A Villabé, c'est encore pire... Hervé Bourceau directeur des services de la mairie confie son désarroi. "Ici, on n'a pas identifié les gens d'En Marche!. Et du côté du FN, on a dû croiser le délégué départemental, c'est tout. Mais il ne nous envoie pas d'assesseurs, on ne les connaît pas trop". Du coup, Hervé Bourceau a décidé de lancer un appel aux 622 électeurs d'Emmanuel Macron… sur Facebook, pour leur demander de tenir les bureaux de vote de sa commune le 7 mai.

P. Gril avec B. de Guglielmo