RMC

"Quel message est-on en train d'envoyer?": la nomination de Darmanin ne passe pas

La nomination de Gérald Darmanin au poste de ministre de l'Intérieur malgré une enquête pour viol le visant cause l'ire des associations féministes.

La colère des associations féministes qui vivent comme une provocation la nomination de Gérald Darmanin en tant que ministre de l'Intérieur. Des Femen ont manifesté seins nus devant l'Elysée mardi après-midi, un peu plus tôt une vingtaine de militantes féministes avaient déjà appelé Gérald Darmanin à la démission non loin du ministère de l'Intérieur.

Les nominations de Gérald Darmanin à l'Intérieur et d'Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice ne passent donc pas. L'un est visé par une plainte pour viol, l'autre connu pour ses prises de positions peu féministes.

"Quel message on est en train d'envoyer quand on le met à un tel poste de pouvoir?"

Des appels à manifester ont été lancés spontanément sur les réseaux sociaux, notamment à Lille et à Paris. Fatima, membre du collectif #Noustoutes, regrette la portée symbolique de cette nomination.

"Quand on met un homme accusé de viol, quel message on est en train d'envoyer quand on le met à un tel poste de pouvoir?"

Selon la sénatrice socialiste et présidente de l'Assemblée des femmes Laurence Rossignol, Emmanuel Macron sous estime les violences faites aux femmes.

"Ca révèle que les affaires de violences sexuelles sont toujours des affaires mineures dans la compréhension du président de la République."

"Il conviendrait que cette confiance accordée soit un minimum respectée"

Dans la majorité peu d'élus contestent le choix du président. Le député Bruno Questel appelle à la retenue.

"Il faut faire attention à ne pas toujours remettre une pièce dans la machine à alimenter la défiance vis à vis des responsables publics. Il a la confiance du président de la République, du Premier, il a la responsabilité du ministère de l'Intérieur, il conviendrait que cette confiance accordée soit un minimum respectée."

Le collectif Osez le Féminisme a lancé une pétition pour réclamer la démission de Gérald Darmanin, mais aussi d'Eric Dupond Moretti accusé d'avoir défendu les violeurs plus que leurs victimes. 

Pierrick Bonno (avec J.A.)