RMC

Voter ou non une motion de censure déposée par le RN? Le casse-tête de la Nupes

Alors que l'examen du budget est tendu à l'Assemblée nationale, la Nupes et notamment les Insoumis se creusent la tête pour savoir s'ils doivent voter ou non une motion de censure déposée de l'autre côté de l'hémicycle.

Il y a comme un malaise au sein de la France Insoumise autour d'une question: faut-il, ou non, voter une motion de censure déposée par le Rassemblement national? Et il y a même plus qu’un malaise, comme le service politique de RMC a pu le constater en échangeant avec plusieurs députés de la France insoumise.

L’un des stratèges du mouvement, intime parmi les intimes de Jean-Luc Mélenchon, donc très influent, Manuel Bompard, aborde publiquement le sujet et dit que lui-même votera la motion des députés d'extrême droite. Une source au sein du parti avoue pourtant que "le débat n’est pas tranché".

Et c’est un débat très tactique. Dire aujourd'hui que la France insoumise ne votera jamais une motion de censure déposée par le Rassemblement national, ça reviendrait pour certains à reconnaître une impuissance des oppositions à faire tomber un jour le gouvernement. Parce qu’il faut une union de toutes les oppositions pour atteindre le nombre de voix nécessaires.

Objectif, déposer la motion de censure en premier

Mais que fera finalement LFI? Pour éviter d'avoir à prendre position, la Nupes va tout faire pour être le premier groupe à déposer sa motion de censure juste après l'annonce du 49-3. On nous explique qu’elle est même déjà prête, déjà rédigée.

Si elle est la première à être déposée, elle sera alors examinée avant celle du Rassemblement national. Manière ainsi donc de contourner le problème et d’éviter les questions qui fâchent.

En coulisses, les députés du RN ne sont pas tendres avec la France insoumise. "Cela m'inspire une certaine constance dans le sectarisme. Ils ne sont pas là dans l'intérêt des Français mais d'une chapelle", confie un parlementaire.

Mais, dans le sens inverse, est-ce que les députés RN peuvent voter la motion de la gauche? Marine Le Pen dit clairement non, même si les cadres insoumis espèrent qu’elle et ses députés changeront d’avis. "Dans la rédaction de notre motion, on n’utilise aucun mot repoussoir pour eux", nous explique-t-on. Pas sûr que ça suffise néanmoins.

Les motions de censure de la gauche et du Rassemblement national n'ont donc a priori aucune chance d'être adoptées cette semaine. Et Elisabeth Borne devrait poursuivre son bail à Matignon.

Cyprien Pézeril (édité par J.A.)