RMC

Port de l'uniforme à l'école: "On ressemblerait à des clones"

-

- - AFP

REPORTAGE - Mercredi, l’association des maires de France se réunissait pour présenter les conclusions de son groupe de travail laïcité, créé en novembre dernier. Parmi les propositions faites, le rétablissement du port de l'uniforme à l'école. Une initiative loin de convaincre tout le monde.

L’association des maires de France (AMF) a présenté ce mercredi son premier volet de propositions concernant la laïcité et les discriminations à l'école. Parmi les recommandations faires, l'AMF dit non à l'aménagement des menus dans les cantines. L'association demande aussi de créer une charte de la laïcité qui pourrait servir de référence à tous les élus. Mais elle propose aussi le rétablissement de l'uniforme à l'école: même t-shirt, même pantalon et même chaussure pour tout le monde. Or, comme a pu le constater RMC dans une école des Hauts-de-Seine, l'idée d'un dress-code unique est loin de convaincre tout le monde.

"Il faut avoir son propre style, c'est important. Moi je ne pourrais pas porter un uniforme. C'est moche en plus", justifie Soshanna, 10 ans. Et son amie, Ophélia abonde: "On ressemblerait à des clones. On ne pourrait pas faire ressortir notre personnalité. Pendant un an je ne pourrais pas m'habiller tout le temps pareil". Martin lui est plus conciliant: "Ça ne me dérangerait pas, ça évite de voir les différentes classes sociales. Il n'y aura plus de discriminations".

Grande consultation à la rentrée

Sa mère, Corinne, elle, est plus partagée: "Cela peut être une option mais il faudrait que cela soit en coordination sur tout le territoire. Car si un enfant change d'école, il ne comprendrait pas qu'il y ait un changement d'organisation". Mais le port de l'uniforme mettrait-il réellement fin aux inégalités? Pas vraiment à en croire Yves Martin, directeur d'école.

"Je ne vois pas à en quoi le port d'un code couleurs pour tous les élèves va réduire voire masquer les inégalités. Je crois qu'elles se retrouveront ailleurs, dans les fournitures par exemple. Ou alors il faudrait imposer aux élèves d'avoir tous le même stylo, le même agenda. Pour moi, c'est nier une réalité". Uniforme ou non, quoi qu'il arrive, à la rentrée, l'AMF organisera une grande consultation auprès des parents d'élèves.

Maxime Ricard avec Pauline Baduel