RMC

Procès de l'attentat raté aux bonbonnes de gaz près de Notre-Dame: des accusées instrumentalisées par des hommes en Syrie?

5 femmes jihadistes présumées comparaissent à partir d’aujourd’hui devant la cour d’assises spéciale. Elles seront jugées pour la tentative d’attentat à la bonbonne de gaz, sur le parvis de Notre Dame en septembre 2016. Les bonbonnes de gaz qu'elles avaient placées dans un voiture près de la cathédrale n'avaient jamais explosés. Maître Laurent Pasquet-Marinacce, avocat d'Ines Madani, estime que sa cliente et les autres accusées ont été instrumentalisées par des hommes en Syrie.