RMC

Afrique du Sud: des orques filmés en train de tuer un grand requin blanc, une première

C'est la première fois qu'une telle attaque est filmée. Selon les spécialistes, l'attaque d'autres espèces par les orques se répandrait parmi cette population.

Des scientifiques ont pu filmer des orques tuant un requin blanc au large de l'Afrique du Sud, documentant pour la première fois la capacité de ces mammifères à chasser l'un des plus grands prédateurs marins au monde.

Un groupe d'orques est vu en train de poursuivre des requins pendant une heure au large du port de Mossel Bay (sud-ouest), dans ces images filmées en mai par hélicoptère et drone qui servent de base à une étude publiée cette semaine.

"Ce comportement n'a jamais été observé précisément auparavant, et certainement pas depuis les airs", affirme la principale autrice de l'étude Alison Towner, spécialiste des requins à la Marine Dynamics Academy près du Cap, dans un communiqué publié mardi.

Trois autres requins mutilés à la mort

Un clip montre cinq orques poursuivant et tuant un grand requin blanc et les scientifiques pensent que trois autres ont été mutilés à mort pendant la chasse. "Les orques sont des animaux très intelligents et sociaux. Leurs méthodes de chasse en groupe en font des prédateurs incroyablement efficaces", explique Simon Elwen, spécialiste des mammifères marins et coauteur de l'étude.

Les orques, super-prédateurs, sont connus pour s'attaquer à d'autres espèces de requins mais les preuves d'attaques sur les grands requins blancs étaient limitées. L'étude, publiée dans la revue scientifique Ecology, n'apporte pas de réponse sur les raisons de ce comportement.

"Transmission culturelle"

L'une des orques avait déjà attaqué des requins blancs mais pas les quatre autres. Selon les auteurs, cela suggère que la pratique se répand, des études antérieures ayant établi que les animaux noirs et blancs peuvent apprendre les uns des autres par "transmission culturelle".

Les requins ont disparu de la zone après l'attaque, et un seul grand requin blanc a été aperçu dans les 45 jours suivants, selon l'article.

Selon ses auteurs, cela confirme que les requins ont une réaction de fuite. Dans les cas observés précédemment, ils finissent par abandonner d'anciens habitats clés, avec des conséquences pour l'écosystème et le tourisme lié aux requins, selon la biologiste marine Alison Kock, des parcs nationaux d'Afrique du Sud.

G.D. avec AFP