RMC

"Comment leur annoncer que la stérilisation des animaux vont être payés par leurs impôts?": l'épineux problème des chats errants près de Bordeaux

RMC S'ENGAGE POUR VOUS - Tous les matins, à 6h50, Marie Dupin et la rédaction de RMC trouvent des solutions aux questions et problèmes du quotidien des auditeurs.

Les boules de poils d'Eysines. Laurette n'en peut plus de voir des chats errants trainer toute la journée autour de chez elle: elle s'en occupe, elle les nourrit, elle en a même fait stériliser certains mais c'est trop pour elle.

"Il y en a un petit peu partout et quand on en parle avec les voisins, les gens se plaignent du bruit, des marquages... Les chats n'arrêtent pas de faire pipi sans oublier les poubelles. Les chats ont faim et déchirent les sacs. Visuellement, c'est sûr qu'il y a des chats tous maigrichons, malades. C'est cette misère qui me dérange" confie Laurette sur RMC.

Cette habitant a ainsi envoyé plusieurs courriers à la maire sans résultats. Pourtant, elle n'est pas la seule, à Eysines, à se plaindre.

"J'ai appelé la mairie, ils en ont rien à faire. Dès que l'on aborde les chats errants, les portes se ferment, dénonce Annie. Non, on ne s'en occupe pas, ce sont aux gens de s'en occuper. Ils ont des œillères et ça ne les intéresse pas". 

Un autre habitant demande, lui, qu'un service existe "pour avertir la fourrière" afin de s'occuper des bêtes. Tous ces habitants pensent ainsi que la solution est de stériliser les chats errants pour empêcher leur prolifération.

Mais à la mairie, cette solution n'est pour l'instant pas sur la table: selon la première adjointe à la maire, il n'y a pas de hordes de chats... et cette méthode coûte cher. 

"Ce n'est pas la ville qui va payer, ce sont les impôts des gens. Je ne sais pas comment leur annoncer que ces stérilisations de ces chats vont être à leur charge. C'est compliqué. Si l'on nous dit qu'il y a 25 animaux dans cette zone, bien sûr que l'on va prendre le problème en charge" explique Evelyne Fresnais.

Pour l'instant, la mairie est dans la légalité. Mais peut-être plus pour longtemps: une proposition de loi qui sera examinée la semaine prochaine au Sénat prévoit en effet d'obliger les communes à mener des campagnes de stérilisation des chats.

Pour le député Loïc Dombreval, le rapporteur de la loi, c'est un enjeu crucial:

"Un couple de chats peut, au bout de 4-5 ans, donner naissance à plus de 20.000 chatons. Ils ont une reproduction qui est extrêmement active et ça pose de nombreux problèmes. Les maladies transmissibles des chats aux hommes sont nombreuses, et si on peut améliorer les conditions de ces chats et régler des problèmes de sécurité et de santé publiques, bien sûr qu'il faut le faire! Et bien sûr que les maires ont un rôle à jouer". 

En tous cas après notre passage la mairie d'Eysines a accepté de recevoir Laurette vendredi matin.

Marie Dupin et Anne-Lyvia Tollinchi (avec X.A.)