RMC

Emmanuel Macron relance le débat sur les éoliennes: pourquoi le sujet est si clivant en zone rurale

-

- - -

REPORTAGE RMC - Le sujet divise dans les zones rurales où l'implantation d'éoliennes fait craindre une pollution visuelle et sonore.

Le sujet des éoliennes fait à nouveau débat. En déplacement à Papeete en Polynésie Française, Emmanuel Macron a défendu mercredi "le pragmatisme au cas par cas" sur les projets éoliens et solaires afin de ne pas "abîmer nos paysages", "une part de notre identité".

Le chef de l'Etat, a notamment pris l'exemple des Hauts-de-France où se trouve un quart des éoliennes terrestres du pays, région où il est selon lui indispensable d'"améliorer la concertation locale", notamment lorsque des projets éoliens nourrissent une certaine réticence de la population locale.

Le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand a demandé dans la foulée à Emmanuel Macron de donner des instructions aux préfets de la région pour bloquer au plus vite tous les projets éoliens.

"De mon jardin, je ne veux pas avoir ce spectacle"

Le sujet divise les campagnes, comme dans la Somme près d'Amiens, à Grattepanche et Rumigny, où un projet de 4 éoliennes suscite une forte opposition. C'est une grande plaine bordée par de plusieurs villages. Des champs, des bosquets, et peut être bientôt, 4 éoliennes de 180 mètres de haut... "On ne verra que ça !", se désole Christine, qui habite à côté du site.

"De mon jardin, je ne veux pas avoir en spectacle les éoliennes avec les lumières la nuit et le bruit. Je veux juste entendre le bruit des oiseaux et le coq de mon voisin"

Sa voisine Marie Christine, est elle aussi opposée aux éoliennes. Même si elle comprend l'impératif écologique.

"On y est sensible, on voudrait une énergie propre, on pense à nos enfants, à nos petits enfants, ça nous tourmente. Mais d'un autre côté on voudrait un espace paysager préservé. Il faudrait ce soit plus loin des zones où il n'y a pas trop de villages"

"On récupérait 60.000 euros par an, pour nous c'est énorme"

Et pourtant c'est bien le village voisin de Grattepanche qui a enclenché le projet en 2015. Six ans plus tard, le projet est attaqué de toutes parts, si bien que le maire Bruno Bardet en parle déjà au passé.

"On regardait aussi financièrement, il y a 320 habitants sur notre commune, on n'a pas d'industriels, pas de zone d'activité, pas de commerçants." 

Le parc éolien représentait donc une manne financière bienvenue.

"On récupérait 60.000 euros par an, pour nous c'est énorme. On pouvait rénover la salle des fêtes, l'église, la voirie. Des projets on en a, par contre on n'a pas les moyens."

Le maire est pessimiste sur la décision du préfet, qui doit encore valider ou enterrer le projet.

Martin Cadoret (avec J.A)