RMC

Faut-il interdire la chasse le week-end pour éviter des accidents? Ca fait débat sur RMC

Le débat est relancé après la mort d’un vététiste le week-end dernier à Montriond, en Haute-Savoie. C’est le quatrième accident de chasse mortel depuis juin dernier en France, le deuxième en 3 ans dans ce département. Le maire de Montriond a pris un arrêté pour interdire provisoirement la chasse sur son territoire le temps de l’enquête.

Dans la région de Montriond en Haute-Savoie, l’émoi est palpable. Mark avait 34 ans, il était d’origine britannique, il tenait deux restaurants près de Montriond.

Pour se protéger des chasseurs, quand il circulait à VTT, il avait pris l’habitude de porter des vêtements de couleurs vives. C’était le cas samedi. Il a été abattu par un chasseur qui se trouvait à 40 mètres de lui.

Selon le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, "Il n’y a rien qui puisse expliquer pourquoi il a tiré. Ses yeux ont vu quelque chose. Il s’est passé quelque chose dans sa tête: il a cru voir un sanglier là où des millions de personnes auraient vu un mec sur un vélo en train de rouler sur un chemin. Je suis comme vous, je ne le comprends pas."

L’un de ses amis, Tom, témoigne ce matin sur RMC. Pour lui, c’est clair, il faut limiter le périmètre de chasse le week-end:

"Je comprends la tradition de la chasse, mais le règlement a été écrit il y a trop longtemps. Morzine et ses environs ont énormément changé, il y a beaucoup plus d'habitants, donc ça doit changer pour que cela n'arrive plus. Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'étrangers me disent qu'ils ne viendront plus à Morzine et cela va avoir un impact sur le business car les touristes ne viendront plus ici".

Les conclusions du procureur accablantes pour le tireur

Les premières conclusions du procureur sont accablantes pour le chasseur de 22 ans qui a tiré. La visibilité était parfaite. Les chasseurs et le vététiste étaient à 40 mètres de distance.

Matthieu Muffat est le président de l’association locale de chasse à Montriond. Lui aussi est prêt à prêt à revoir la règlementation de la chasse dans sa région, notamment le week-end, quand les promeneurs sont nombreux:

"Aujourd'hui on a déjà un partage de la nature qui se fait et qui se passe très bien normalement. On a toute une législation en terme d'information au public. Est-ce qu'il faut aller plus loin? C'est à discuter. Moi ce que je veux c'est que personne ne reste dans sa petite case, il va falloir se mettre autour d'une table pour que cette tragédie n'arrive plus jamais".

Le Dauphiné Libéré, le journal régional, a sondé ses lecteurs. Plus de 9.000 ont répondu. 76% d’entre eux sont favorables à une interdiction de la chasse le week-end.

Matthieu Rouault (avec P.B.)