RMC

Fêtes de Noël: pourquoi j'ai arrêté de manger du foie gras

-

- - OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP

Alors qu'elle adorait ça, Marie, 34 ans, Lilloise, enseignante en lycée, a décidé d'arrêter de manger du foie gras il y a une dizaine d'années. Ce mardi pour RMC.fr, elle explique pourquoi.

"J'ai arrêté de manger du foie gras depuis une petite dizaine d'années, probablement sous l'impulsion de mon mari. Il était déjà relativement sensibilisé aux problèmes de la condition animale. C'est lui qui a commencé à me dire que ce n'était pas terrible d'en manger. Au fur et à mesure des discussions, un jour, on est tombé sur des vidéos de L214 notamment une montrant le gavage des oies. A ce moment-là, on s'est dit qu'on arrêtait définitivement le foie gras. C'est un processus qui a pris du temps à se mettre en place, mais j'ai eu un vrai choc en voyant cette vidéo. Si avant cela, je me sentais déjà un peu mal à l'aise de manger du foie gras, la vidéo a accéléré mon rejet.

Pour autant, avec mon mari, on continue à manger un peu de viande. On en achète très rarement mais si je suis au restaurant, que je suis invitée, je peux en manger. Concrètement, on pratique le flexitarisme. C’est-à-dire que nous ne sommes pas végétariens mais que, pour autant, nous faisons très attention à la viande et au poisson que l'on mange. Si j'accepte de reprendre un peu de viande, en ce qui concerne le foie gras, c'est un refus radical.

"Ça a été un électrochoc"

Et pourtant, avant, j'adorais ça. Dans ma famille et ma belle-famille, c'est très culturel. Eux en mangent par ailleurs mais moi j'ai réussi à m'en passer très facilement. Si demain, on apprend que le chocolat crée des gros soucis environnementaux et qu'il faut arrêter d'en manger, ça serait une autre paire de manches. J'arriverais à le faire mais ça serait beaucoup, beaucoup plus compliqué. Pour le foie gras, la vidéo m'a vraiment fait prendre conscience de la chose. Avant, on me disait que les oies étaient gavées mais ça ne me faisait pas grand-chose. De l'avoir vu m'a suffit pour m'écœurer. Ça a été un électrochoc.

Cela s'inscrit vraiment dans une démarche globale. Au-delà du foie gras et de la viande, on mange aussi très peu de saumon. Je n'en achèterai jamais chez moi mais si c'est en fête, au restaurant, j'ai tendance à moins refuser que le foie gras. Peut-être que dans cinq ou dix ans, je tiendrais à un discours différent, mais aujourd'hui je peux en manger à condition que je n'en abuse pas.

"Chacun fait ce qu'il veut en conscience"

Je ne force personne à suivre ma démarche, à arrêter de manger du foie gras. Dans ma famille et ma belle-famille, j'explique que le plus beau cadeau de Noël qu'ils pourraient nous faire serait de ne pas en acheter. Ils le font parce que ça les fait sourire, parce qu'ils respectent notre choix mais je n'impose pas mon style de vie. Mon but n'est pas de leur dire ce qu'ils doivent faire. Chacun fait ce qu'il veut en conscience. Si ça ne leur pose pas de souci et bien ça ne leur pose pas de souci. Je ne peux pas les forcer.

J'ai une petite fille de 17 mois, donc pour le moment la question ne se pose pas. Mais c'est évident que chez nous elle n'aura pas de foie gras. On lui expliquera les raisons pour lesquelles on n'en mange pas. Je pense que si elle veut en manger, je ne lui interdirais pas. Mais si on fait bien notre travail, elle ne devrait pas en manger (rires). Si les enfants sont initiés très tôt au fait que ce n'est pas très responsable de consommer du foie gras, ils ne vont pas aller en manger".

Propos recueillis par Maxime Ricard