RMC

"Il y a des batteries et c'est une catastrophe": À Marseille, les trottinettes polluent le Vieux port et la Méditerranée

De nombreuses trottinettes électriques en libre-service finissent au fond de l'eau jetées par des passants. Les bénévoles chargés de les récupérer craignent une forte pollution de l'eau alors que les batteries au lithium éclatent sous la pression.

Depuis plusieurs semaines des trottinettes électriques en libre service sont lancées dans les eaux du vieux port de Marseille par des passants peu scrupuleux. Alors pour dépolluer le littoral, les opérations de nettoyage initiées par des bénévoles se multiplient. 

Équipé de bouteilles de plongée Patrick vient de remonter une trottinette de 20 kilo du fond de l’eau. Un geste pour protéger l’environnement. Car ce plongeur amateur s’inquiète des conséquence de cette pollution pour les fonds marins.

Le danger des batteries au lithium

"Ça fait une pollution visuelle ça ce n’est pas très grave mais il y a une pollution chimique. Il y a des GPS, des circuits électroniques, un moteur et surtout des batteries et ça c’est une catastrophe", explique-t-il.

Sous l'eau, les batteries au lithium éclatent sous la pression. Patrick et son groupe de plongeurs bénévoles ont repêché plus de 200 trottinettes depuis le mois de juin.

"C’est honteux, ça ne devrait pas exister c’est con de jeter à la mer tout ça", s'indigne Patrick. "Je me dit que les poissons peuvent mourir à cause de ça", regrette son petit fils Matthieu.

Des travaux d'intérêt général comme sanction ?

De son côté la maire du premier secteur de Marseille Sabine Bernasconi promet des sanctions pour ceux qui seront surpris à jeter des trottinettes à la mer.

"Je propose que les travaux d’intérêt général soient la sanction la plus adéquate pour parer ce phénomène et répondre à ces énergumènes qui se sentent en toute impunité capable de jeter des trottinettes au fond de la mer", plaide-t-elle.

Les opérateurs de trottinettes commence eux aussi à agir. Plusieurs d’entre eux ont pris des mesures pour récupérer leurs engins au fond de la mer.

Margaïd Quioc (avec G.D.)