RMC

La France doit-elle continuer à s’appuyer sur la filière nucléaire? Ça fait débat sur RMC

-

- - -

Emmanuel Macron doit présenter aujourd’hui la programmation pluriannuelle de l’énergie jusqu’en 2028, la feuille de route à tenir dans les 10 années à venir.

La loi prévoit déjà de réduire la part du nucléaire à 50% dans le mix énergétique français d’ici 2025. Mais l’objectif est difficile à tenir. Il devrait être repoussé à 2035. Pour atteindre cet objectif, il faudrait fermer 14 réacteurs en France. Les deux de Fessenheim déjà prévus et 12 supplémentaires.

Premier scénario: fermer la moitié de ces réacteurs d’ici 10 ans. Le reste après. C’est l’option privilégiée au ministère de la Transition écologique. Deuxième scénario: continuer comme ça pour le moment et prévoir les fermetures après 2028, c’est-à-dire repousser les échéances. Troisième scénario : ne rien fermer du tout. Et au contraire investir dans des EPR, des réacteurs nouvelle technologie hyper puissants. EDF a d’ailleurs déjà acquis des terrains pour les construire.

Et c’est une bonne chose pour Valérie Faudon, déléguée générale de la Société française d’énergie nucléaire: "Le nucléaire est une énergie d'avenir puisque c'est une énergie qui n'émet pas de gaz à effet de serre et qui ne pollue pas l'air. La priorité, c'est d'investir dans la réduction de notre consommation de charbon, de pétrole et de gaz. Il est temps d'amorcer une vraie réduction d'émission de gaz à effet de serre et de sortir du débat stérile entre nucléaire et renouvelable. Plutôt que d'opposer les solutions les unes aux autres, il faut rechercher les actions qui sont les plus efficaces pour réduire notre consommation de pétrole et de gaz".

Le nucléaire, "un gouffre financier"

Sauf que c’est un peu vite oublier que le nucléaire n’est pas une énergie totalement propre. Alix Mazounie est chargée de campagne Energie à Greenpeace:

"Ce qu'il faut regarder, c'est son empreinte environnementale plus largement. Le nucléaire est synonyme de déchets radioactifs qui vont rester sur la planète pendant des dizaines de milliers d'années. Le nucléaire, c'est synonyme de gouffre financier, parce que ça coûte très cher et de plus en plus cher au fur et à mesure que les réacteurs vieillissent. Le nucléaire, c'est symbole d'une impasse parce que le fait que l'on investisse autant dans le nucléaire bloque le développement des énergies renouvelables. Simplement pour y arriver, il faut décider d'investir massivement dans ces solutions et arrêter de mettre tous nos œufs dans le panier du nucléaire".

Greenpeace soutient un objectif de 100% d’énergie renouvelable. Emmanuel Macron devrait annoncer un objectif de 40% d’ici 10 ans.

Matthieu Rouault (avec P.B.)