RMC

Les deux-tiers de la faune sauvage ont disparu en moins de 50 ans: ces animaux qui ont disparu en France

Et quand ce n'est pas une extinction, c'est une chute vertigineuse de certaines populations.

Les oiseaux, les poissons, les mammifères, les reptiles: tous touchés par le réchauffement climatique, la pollution, la déforestation... Le tout "à la vitesse de l'éclair par rapport aux millions d'années depuis lesquelles de nombreuses espèces vivent sur cette planète".

Le monde a ainsi perdu plus des deux-tiers de ses populations d'animaux sauvages en moins de 50 ans, principalement à cause de l'activité humaine, avertit jeudi le Fonds mondial pour la nature, qui pointe les dangers de cet effondrement pour l'avenir de l'humanité.

Entre 1970 et 2016, 68% de cette faune sauvage a disparu, selon l'Indice planète vivante, outil de référence publié tous les deux ans par le WWF.

Cet indice, compilé en coopération avec la Société zoologique de Londres, prend en compte environ 4.000 espèces de vertébrés, répartis en quelque 21.000 populations d'animaux à travers le monde. Il enregistre une nouvelle accélération de la chute de biodiversité, qui s'établissait à 60% lors du dernier rapport en 2018 (période 1970/2014).

Toutes les espèces sont touchées: oiseaux, poissons, mammifères, reptiles... Ainsi, 98 espèces déjà disparues en France. Parmi lesquelles le bouquetin des Pyrénées, le grand pingouin qui vivait sur les côtes de l'Atlantique Nord, le mulot rayé, le dindon sauvage...

Et quand ce n'est pas une extinction, c'est une chute vertigineuse de certaines populations. On compte ainsi 60% de moineaux en moins depuis les années 1980.

A l'origine de ce désastre: l'Homme. La cause principale est la destruction d'habitats naturels, notamment pour l'agriculture, une tendance qui risque de favoriser de nouvelles pandémies du type Covid-19 en mettant au contact humains et animaux, ce qui favorise la transmission de virus d'espèce à espèce.

Anne-Sophie Balbir avec AFP