RMC

Ligoté, sans eau ni nourriture, un chien est sauvé grâce à une chaîne de solidarité

A Bordeaux, un chien a été sauvé in extremis grâce à une chaîne de solidarité née sur les réseaux sociaux.

C’est une jeune femme qui alertée par des aboiements désespérés décide de lancer un appel sur Facebook pour localiser le chien. Elle s’aperçoit que depuis plusieurs jours, d’autres personnes sont inquiètes. La jeune femme finit par s’approcher d’un appartement d’où semble venir les cris.

Laurent Blanchard, responsable de communication de l’association de protection animale Venus raconte la suite: "Les pompiers ont fracturé une fenêtre pour y accéder et ils ont trouvé ce chien attaché par le cou et les pattes arrières à un câble éthernet. Le chien va mieux, il a encore des angoisses, il a le syndrome de l'hyper-attachement, ce qui est tout à fait normal".

"La personne risque jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende"

L’association Venus a d’ores et déjà porté plainte contre X, des faits passibles de prison ferme même si en matière de condamnation, des progrès restent à faire selon Arnold Lhomme, responsable des enquêtes à l’ONG 30 millions d’amis: "Ce sont des faits délictuels, la personne risque jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende, c'est vrai que des cas qui sont similaires ont des condamnations totalement différentes. Ce n'est pas toujours facile de faire prendre conscience au tribunal que l'animal a souffert et qu'il faut condamner ces gens".

L’ONG 30 millions annonce qu’elle se porte partie civile. Une enquête a également été ouverte pour maltraitance et actes de cruauté envers un animal.

Estelle Henry