RMC

"C’est de l’eau potable alors je trouve ça inadmissible": la guerre autour des pédiluves fait rage au Mont Saint-Michel

-

- - -

En raison du niveau des nappes phréatiques, il n'est désormais plus possible de se laver les pieds à l'arrivée au Mont Saint-Michel malgré la vase persistante.

Le niveau très faible des nappes phréatiques françaises à des conséquences parfois inattendues. Au Mont-Saint-Michel dans la Manche, le maire a décidé le 19 juillet dernier de priver touristes et randonneurs d'une petite partie de leur confort.

Après 3h de marche pied nu dans la vase, il ne faut désormais plus compter sur les pédiluves, les robinets pour se nettoyer les pieds. Et pas le droit non plus de se rincer dans les toilettes publiques même si certains bravent l’interdit.

Des robinets avec de l'eau non potable ?

Et sur le rocher de granit, beaucoup n'apprécient pas l'initiative du maire Yan Galton. L'élu se fait désormais chahuter par courrier ou devant les robinets. Alors il n'y va plus mais il s'accroche dans sa lutte contre le gaspillage.

"Un million de litre d’eau, cela coûte plus de 30.000 euros à la commune. Et c’est de l’eau potable alors je trouve ça inadmissible. Il y a le cours d'eau qui est à côté ils peuvent se laver dans la rivière", martèle-t-il au micro de RMC.

La rivière, actuellement réduite à des eaux sablonneuses n'est pas idéale. Et les guides s'en désolent: "On amène énormément de clients à travers la baie qui viennent au Mont Saint-Michel et ce qu'est décevant c'est qu'ils consomment eux-aussi et auraient le droit à un minimum de service", estime Ludovic, guide de randonnée dans la baie. Les professionnels aimeraient la réouverture des vannes avec cette fois, de l'eau non potable.

Nicolas Traino (avec G.D.)