RMC

"Depuis dès que le vent se lève, ça nous prend aux tripes": chez les sylviculteurs, la tempête de 1999 a laissé des marques

Le souvenir de la tempête de 1999 et les nombreux dégâts qu'elle avait occasionné est toujours fort dans le sud-ouest notamment chez les sylviculteurs.

Les 26 et 27 décembre 1999, la France subissait les tempêtes Lothar et Martin, "la tempête du siècle". En moins de 48 heures, ces dépressions d'une violence inouïe avaient provoqué la mort de 92 personnes et des dégâts considérables.

Et 20 ans plus tard à Salaunes en Gironde, les parcelles de pin de Jean-Daniel portent toujours les stigmates de la tempête de 1999 : "Un pin qui a pris un coup de vent en 1999 s’est penché et entre temps il s’est redressé. C’est l’effet tempête", explique-t-il au micro de RMC. Le 26 décembre 1999, sur 600 hectares de forêt Jean-Daniel en a perdu 200. Même chose du côté matériel : "Une de mes granges a pris le sens du vent, la charpente est légèrement penchée". Encore aujourd'hui, les souvenirs sont douloureux.

Nouveaux systèmes de prévention

"C’était une période fatigante et douloureuse. On a laissé énormément d’énergie et certains ont fait des attaques cardiaques, voyant toute leur forêt qui tombe en quelques heures. On a énormément souffert. Depuis on est tous marqués, dès que le vent commence à se lever ça nous prend aux tripes, on se demande ce qu’il va se passer encore", confesse le sylviculteur.

Mais Jean Daniel s'estime heureux. La tempête Fabien, la semaine dernière, n'a fait que quelques dégâts sur son exploitation. Car depuis 1999, les systèmes d'alerte et de prévention de ce genre de catastrophes ont beaucoup évolué.

Bettina de Guglielmo (avec Guillaume Dussourt)