RMC

Inondations à Argelès-sur-Mer: "On ne s'habitue jamais à ce genre de choses"

A Argelès-sur-Mer, il est tombé près de 20 cm d'eau en 24 heures, soit près de trois mois de précipitation. Conséquence: l'un des fleuves traversant la ville est sorti de son lit.

La ville d'Argelès-sur-Mer, dans les Pyrénées orientales, a fait face à de violentes précipitations transformant le fleuve de la ville en torrent d'eau. Les bottes encore humides, Suzon regarde dépitée sa galerie d’art: "Tout ce qui était au ras du sol a pris l’eau".

Elle est située juste en face de la Massane, le fleuve qui a débordé à cause des intempéries. L’eau est montée jusqu’à une dizaine de centimètres dans la galerie de Suzon. Et même si ses voisins l’ont déjà aidé à nettoyer, il lui reste encore du travail: "Je continue encore à nettoyer et à éponger parce qu’il y encore de l’eau sous les meubles. Il va falloir que je remette tout en état. Mais ça va dépendre de ma forme, parce qu’il faut que je me repose aussi, ces derniers jours ont été éprouvants".

"Je commence à en avoir assez"

C’est déjà la troisième fois que Suzon voit sa galerie envahie par la boue et inondée par les eaux du fleuve: "On ne s’habitue jamais à ce genre de choses. Je commence à en avoir assez, parce qu’à chaque fois, il faut tout recommencer. Et puis il faut dire que je suis traumatisée dès que j'entends qu’il va pleuvoir".

Traversée par 9 cours d’eau, Argelès est particulièrement vulnérable aux inondations. Son maire, Antoine Parra, demande donc l’aide de l’Etat, pour se préparer au mieux aux prochains épisodes de crue: "J’aimerais qu’ils nous accompagnent avec leurs experts, pour nous donner quelques idées qui feraient en sorte que lorsque ces fortes précipitations se produisent, les eaux soient mieux canalisées, et se répandent moins de manière désordonnée et violente".

L’élu va également demander la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour sa commune.

Camille Schmitt (avec P.B.)