RMC

"On est coupés du monde": 33.000 foyers toujours privés électricité

Plus de 90% des foyers ont retrouvé l'électricité, annonce d'Enedis ce dimanche soir après les importantes chutes de neige dans le centre-est qui ont privé jusqu'à 330.000 foyers d'électricité en fin de semaine. 33.000 sont toujours plongés dans le noir ce lundi.

Si la situation s'améliore, 33.000 foyers restent tout de même privés de courant dans la Drôme, l'Isère et l'Ardèche. Quatre jours après les fortes chutes de neige qui ont provoqué des ruptures de lignes à haute tension, la situation est donc encore compliquée pour des milliers d'habitants de la vallée du Rhône.

"On ne peut pas manquer le travail. Il faut qu’on trouve des solutions pour garder Martin"

Comme dans la commune de Tournon-sur-Rhône en Ardèche, où des centaines d’habitants sont encore dans le noir, et commencent à s‘impatienter. Plus d’électricité, plus de réseau téléphonique, Jean-Charles, est amer: "Depuis jeudi soir, on est coupés du monde".

Le réfrigérateur ne fonctionne plus, alors c’est sur sa terrasse, au frais, qu’il stocke ses vivres: "On a calé nos petites glacières sur la neige. Ce serait dommage de mettre nos denrées alimentaires qui coûtent aujourd'hui une fortune à la poubelle. On a des steaks hachés, des lardons, quatre jours ça commence à devenir long".

A l’intérieur, la famille s’éclaire à la bougie, et se chauffe au bois. Alexandre, le fils prend son mal en patience: "On joue aux cartes, on boit du café, on cherche les voisins pour savoir si tout va bien".

"On paye un peu une priorité qui n’a pas été donnée pendant 50 ans, d’enfouir suffisamment de lignes"

Autour de la table, son oncle et sa tante, aussi privés d’électricité se sont réfugiés dans la maison. Hervé, est inquiet, l’école de son fils Martin n’ouvrira pas aujourd'hui: "C’est un stress en plus. Nous, on a notre travail à côté et on ne peut pas manquer le travail. Il faut qu’on trouve des solutions pour garder Martin".

200 foyers sont toujours privés d’électricité dans la commune, le maire Frédéric Sausset espère que les autorités sauront tirer les leçons de cet incident: "On se rend compte qu’on paye un peu une priorité qui n’a pas été donnée pendant 50 ans, d’enfouir suffisamment de lignes. Le moindre incident avec des chutes d’arbres coupe et peut couper un quartier complet. On pourrait imaginer que l’on puisse trouver du travail au niveau des sols pour protéger l’ensemble du réseau".

2.200 salariés d’Enedis seront mobilisés encore aujourd'hui pour rétablir le courant dans la Drôme, en Ardèche et en Isère.

Alfred Aurenche (avec Caroline Petit)