RMC

"Objectif Terre": 36 produits à base de glyphosate retirés du marché dès 2020

Chaque matin, un sujet pertinent concernant l'environnement planétaire et les bonnes résolutions à prendre pour sa protection.

L'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé lundi le retrait de 36 produits à base de glyphosate, un herbicide que la France a décidé d'interdire à partir de 2021, ce qui représente près des trois quarts des tonnages de produits utilisés en 2018.

Actuellement, 69 produits à base de glyphosate sont disponibles sur le marché en France et ont fait l'objet d'une demande de renouvellement de leur autorisation. 

"Par décision de l'Anses, 36 de ces produits vont être retirés du marché et ne pourront plus être utilisés à compter de fin 2020, en raison de l'insuffisance ou de l'absence de données scientifiques permettant d'écarter tout risque génotoxique" (susceptible d'endommager l'ADN et de provoquer des mutations génétiques, NDLR), indique-t-elle dans un communiqué.

Depuis plusieurs années, le glyphosate est suspecté d’être cancérogène. Malgré ces doutes, l’Union Européenne a renouvelé son autorisation pour 5 ans en 2017... Et depuis cette date, l’ANSES examine toutes les autorisations de mise sur le marché de produits à base de glyphosate commercialisés en France.

Cette fois, c’est le principe de précaution qui a primé: l’interdiction a été décidée parce qu’il n’y avait pas de données scientifiques, ou en tout cas pas assez pour écarter tout risque pour la santé. Dans le même temps, quatre nouveaux produits ont été refusés par l’agence, pour les mêmes raisons. 

Qu’en est-il des autres produits encore sur le marché?

D’autres pourraient bien aussi être interdits à leur tour dans les prochaines semaines puisque l’ANSES va continuer son examen jusqu’à la fin de l’année prochaine.

En fait, pour être autorisés sur le marché, il faudra que les produits à base de glyphosate puissent prouver qu’ils ne sont pas dangereux pour la santé, qu’ils sont vraiment utiles... et qu’on ne peut pas utiliser un autre produit à la place.

C’est bien à cause de ce dernier point qu’on a autant de mal à sortir du glyphosate: trouver des alternatives.

Il est irréaliste de penser que les agriculteurs notamment peuvent se passer totalement d’herbicide, et pour l’instant, il n’y a rien sur le marché qui fasse l’affaire.

L’Autriche aurait du être le 1er pays à interdire le glyphosate, dès le 1er janvier prochain, mais le gouvernement a finalement annoncé début décembre qu'il renonçait à cette interdiction... tout simplement parce que rien n’avait été prévu pour la mise en place de la mesure.

La France, elle, a prévu d’interdire tout usage du glyphosate à partir du 1er janvier 2023, un calendrier qui sera à priori difficile à tenir, selon un récent rapport parlementaire. 

Géraldine de Mori