RMC

"Objectif Terre": faut-il "piétonniser" les abords des écoles?

Chaque matin, un sujet pertinent concernant l'environnement planétaire et les bonnes résolutions à prendre pour sa protection.

Lors de élection municipales, la qualité de l’air sera un enjeu majeur pour les candidats des grandes villes. Et dans ce débat, plusieurs parents demandent notamment la piétonnisation aux abords des écoles.

Le concept vient de Belgique: on l'appelle d'ailleurs la “rue scolaire”. C’est même inscrit dans le code de la route. Le principe: interdire la circulation automobile autour des crèches et des écoles, soit tout le temps, soit aux heures d'entrées et de sorties des écoles, pour diminuer la pollution.

Autres avantages: ça permet d’améliorer la sécurité des enfants... et de favoriser des modes de déplacements verts et actifs dès le plus jeune âge, comme le vélo par exemple. 

En France quelques villes ont commencé à le mettre en place, mais ça reste timide. Il existe des rues scolaires à Nantes ou à Grenoble. A Paris, il y a quelques expérimentations depuis décembre. Si le bilan est positif, le dispositif pourra ensuite être étendu. A Marseille, en revanche, améliorer la qualité de l’air ne fait toujours pas partie des priorités quand on regarde le programme des différents candidats. 

A Lyon, on n'ouvre pas les fenêtres de l'école

C’est pourtant un enjeu de taille, quand on sait que les enfants sont les plus vulnérables face à la pollution de l’air: 3 enfants sur 4 respirent un air malsain en France, au-delà des limites légales. En particulier sur le chemin de l’école...

Quelques exemples: l'école Saint-Merri-Renard à Paris, école la plus polluée de la capitale. Les taux de particules fines et de dioxyde d’azote sont deux fois supérieurs aux normes de l’OMS. A Lyon, l’école Michel Servet est juste à la sortie du tunnel de la Croix-Rousse. Les enseignants ont carrément pour consigne de ne pas ouvrir les fenêtres qui donnent sur le tunnel.

Le problème de la piétonnisation c’est que ce n’est pas toujours possible quand l’école est placée près d'un grand axe. On imagine mal fermer le périphérique par exemple, il y a pourtant beaucoup d’écoles à proximité.

Parmi les autres revendications pour une meilleure qualité de l’air pour nos enfants: la sortie du diesel, le développement des pistes cyclables et des zones qui excluent les véhicules les plus polluants. 

Plusieurs candidats ont inscrit cette piétonnisation aux abords des écoles dans leur programme. On va évidemment suivre ça et vérifier que ce n’est pas qu’une promesse de campagne.

Géraldine de Mori