RMC

"Objectif Terre": il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique

Le plastique polluait déjà les océans. Il pollue maintenant les sols, tombant comme de la pluie ou de la neige dans les régions les plus reculées du globe.

On est loin de l’image d’Epinal. Dans une étendue blanche immaculée, au bout du monde, l’air est totalement pur... Du moins c’est ce qu’on pensait jusqu’à ce que des chercheurs découvrent des quantités importantes de microplastiques, flottant dans l’océan arctique ou dans la neige des Alpes.

Les scientifiques ont été vraiment choqués de la quantité de plastique qu’ils ont trouvé piégée dans la glace de la banquise. Des billes, des filaments, du nylon, il y en avait de toute sorte, colorant la glace de pleins de petits points de couleurs. Des quantités encore plus importantes ont été trouvés dans des endroits reculées des Alpes. Des régions du monde qu’on croyait jusque-là épargnées par la pollution au microplastique. 

Ces débris de moins de 5 millimètres de longs, parfois invisibles à l'œil nu se retrouvent à des milliers de km de leur lieu d’origine.

D'où vient le pastique ?

Le plastique vient de là où il est produit et consommé, de chez nous... On savait déjà que le plastique voyageait dans l’eau, on sait désormais qu'il voyage aussi dans l’air.

Des millions de tonnes de déchets plastique se déplacent dans les rivières et les océans. Ensuite, ce plastique se décompose en tous petits fragments, à cause des vagues et du soleil. Ces microplastiques ultra légers, sont ensuite transportés par les vents partout sur la planète et retombent avec les précipitations, notamment la neige.

Une fois sur terre, ils contaminent les sols, la nature, et sont avalés par les animaux. Ces particules ont été retrouvées dans ses organismes vivants aux 4 coins des océans, jusqu’au fond de la fosse des Mariannes, la fosse la plus profonde connue aujourd’hui.

Quels effets sur nous?

Pour le moment on ne connait pas les effets d’une exposition à ces particules sur notre santé. En revanche, maintenant qu’on sait que de grandes quantités de micro plastiques peuvent aussi voyager dans l’air il va falloir sérieusement se pencher sur la question. Nettoyer semble assez irréaliste, tant les étendues sont considérables puisque c’est finalement l’ensemble de la planète qui est touchée.

La seule solution connue est d’agir en consommant moins de plastique. Si on consomme moins, si on produit moins, il y aura forcément moins de déchets polluants, et ce sera une belle avancée pour notre planète! 

Géraldine de Mori (avec G.D.)