RMC

"Objectif Terre": les incendies créent des "orages de feu" en Australie

Chaque matin, un sujet pertinent concernant l'environnement planétaire et les bonnes résolutions à prendre pour sa protection.

En Australie, les incendies sont si intenses qu’ils génèrent leur propre météo: des orages de feu, extrêmement dangereux et totalement imprévisibles.

Les scientifiques ont encore du mal à comprendre comment c’est possible exactement. Ce qu’on sait, c’est que pendant les incendies, un immense panache de fumée s’élève dans le ciel, poussé par la chaleur des flammes. En prenant de l’altitude - on parle de plusieurs km de haut -, la fumée se refroidit et se gorge d’humidité: un énorme nuage se forme alors. Il s'agit d'un pyro-cumulonimbus: pyro pour le feu, cumulonimbus pour le nuage d’orage.

Il y a une telle différence de températures entre l’air au niveau du nuage et l’air au niveau des flammes que ça créé une forte instabilité, et des orages avec d’immenses éclairs.

Quand ils touchent le sol, ces éclairs sont destructeurs

Ces orages sont très dangereux parce que ce sont des orages sans pluie. La foudre frappe le sol sec et génère de nouveaux incendies.

On a déjà vu, à cause de ces éclairs, de nouveaux incendies jusqu’à 100 km plus loin que l’incendie d’origine. Sous ces orages, il peut aussi y avoir énormément de vent, ce qui attise encore plus les flammes. Des vents qui peuvent aller jusqu’à créer des tornades de feu... Impossible de prévoir quand et où un orage de feu va éclater, impossible aussi bien sûr de le contrôler.

Le phénomène pourrait devenir de plus en plus fréquent 

Jusqu’à présent, c’était assez exceptionnel: entre 2001 et 2016 56 orages de feu ont été enregistrés en Australie... Sur les six dernières semaines, il y en a déjà eu au moins 18, rien que dans l’Etat de Victoria. C’est un phénomène qui existe aussi aux Etats-Unis, au Canada, en Russie ou en Mongolie...

Pour les experts, le réchauffement climatique favorise la formation de ces orages et il y en aura de plus en plus dans les prochaines années. Ils pourraient même éclater dès le printemps, et plus seulement en été.

Géraldine de Mori