RMC

"Objectif Terre": Pékin va sortir du classement des 200 villes les plus polluées

On a tous en tête les images de Pékin suffoquant sous un brouillard de pollution. Et pourtant, cette année la capitale chinoise ne devrait plus faire partie des villes les plus polluées du monde.

En 10 ans, la pollution atmosphérique a été divisée par deux à Pékin. Dans le même temps le nombre d’heures dans l’année où la qualité de l’air a été bonne a été multiplié par 4. Ce qui va la faire sortir du classement des 200 villes les plus polluées.

Si la situation s’est à ce point améliorée c’est avant tout grâce à une très forte volonté politique avec un plan contre la pollution lancée en 2013. Le chauffage au gaz a été développé pour abandonner le charbon, la dernière centrale au charbon a fermé en 2017.

Moins de voitures, les nouvelles plaques sont attribuées au compte goutte via un système de loterie

Les usines les plus polluantes ont également été fermées ou en tout cas éloignées de la capitale chinoise. Et le nombre de voitures a été fortement limité, aujourd’hui les nouvelles plaques sont attribuées au compte goutte via un système de loterie.

Toutefois cette dernière mesure pourrait être allégée voire annulée pour relancer l’économie. A voir quelles seront les conséquences. D’autant qu’il reste encore beaucoup à faire: les niveaux de pollution à Pékin restent quand même 4 fois supérieures aux recommandations de l’OMS.

Le Mexique aussi progresse et innove pour lutter contre la pollution

Là aussi on part de loin. Ces dernières années le Mexique a drastiquement revus ses normes en termes de pollution automobile et développé des alternatives comme les transports en communs et le prêt de vélo en ville. Le plastique à usage unique sera banni dans deux ans.

Et depuis cet été Mexico teste un arbre artificiel pour purifier l’air. Une structure métallique faite de cylindres empilés de 4m de haut. Il marche comme un véritable arbre en inhalant la pollution et en reproduisant le processus de photosynthèse. Sauf qu’un arbre artificiel équivaut à 368 vrais arbres, et surtout on peut les mettre dans des zones très urbanisés, comme un carrefour où se croisent beaucoup de voitures et de piétons, mais où il est difficile de planter un arbre.

En revanche l’Inde reste vraiment à la traîne. En 2018, sur les 30 villes les plus polluées du monde, 22 sont en Inde, avec en tête Gurugram, pas très loin de la capitale de New Delhi. 

Géraldine de Mori