RMC

"Objectif Terre": quand les Émirats défient les lois de la nature

Chaque matin, un sujet pertinent concernant l'environnement planétaire et les bonnes résolutions à prendre pour sa protection.

Au Moyen-Orient, les Emirats arabes unis défient chaque jour un peu plus les lois de la nature... comme ces saumons qui nagent en plein désert de Dubaï 

Le saumon, rappelons-le, est un poisson d’eau froide, généralement élevé, au large de la Norvège, de l’Islande, du Royaume Uni ou encore du Canada... Des endroits qui n’ont pas vraiment le même climat qu’à Dubaï, où il peut faire jusqu’à 45°!

Qu’à cela ne tienne: au beau milieu du désert, des milliers de saumons tournoient dans d’immenses bassins où sont reproduits les courants et les marées de la mer du Nord. Le débit et la température de l’eau sont précisément contrôlés... Même la lumière des levers et des couchers de soleil est reproduite à l’identique. Une ferme piscicole high-tech ultra énergivore...

Au départ, il a fallu acheter 40.000 alevins en Ecosse, et des milliers d’oeufs en Islande. Aujourd’hui la reproduction se fait à Dubaï et donne paradoxalement un saumon avec l’étiquette 100% bio... et oui, puisque son alimentation est naturelle et qu’il ne prend pas d’antibiotique.

Juste à côté, au Qatar, cette fois, les fermes poussent comme des champignons. Le pays, pourtant désertique, connait une explosion agricole: la production locale a quadruplé en 2 ans. Il faut dire que depuis deux ans, le pays est sous blocus et ne peut plus importer...

Il cherche donc à tout prix à pouvoir rapidement assurer la sécurité alimentaire de sa population. Même si là non plus son climat n'est pas du tout adapté.

C’est comme ça qu’on peut voir d’immenses serres se multiplier au milieu d’étendue de sable. Des serres qui demandent beaucoup d’énergie pour garder une température correcte et surtout d’immense quantité d’eau pour hydrater les fruits et les légumes.

La quasi-totalité de l’eau extraite du sous-sol sert pour l’agriculture: 100 millions de mètres cube d'eau par an... Sauf qu’à terme les conséquences sont dramatiques: l’eau, ressource déjà rare, dans la région va finir par disparaître.

Au Qatar, la demande en eau dépasse quatre fois les ressources. C’est d'ailleurs l’état le plus exposé au stress hydrique dans le monde. Le gouvernement passe bien mollement des messages de sensibilisation pour économiser l’eau douce.... mais il n’y a clairement aucune action et aucune prise de conscience environnementale dans le pays.

Géraldine de Mori