RMC

Peste porcine: les éleveurs redoutent une crise

-

- - IMAGE D'ARCHIVES - La peste porcine avait touché un élevage alsacien en 2002 - PIERRE ANDRIEU / AFP

Le ministère de l'Agriculture a exposé son plan de bataille pour lutter contre la peste porcine africaine mais les éleveurs sont inquiets. Deux cas ont été découverts en Belgique, près de la frontière française, jeudi.

Sommes nous à l'aube d'une crise sanitaire d'ampleur pour la filière porcine ?C'est ce que redoutent les éleveurs après la découverte jeudi dernier en Belgique, tout près de la frontière française, de deux cas de peste porcine africaine, détectés sur des sangliers morts.

Les pouvoirs publics ont tout de suite réagi. Vendredi, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a reçu tous les acteurs de la filière pour dévoiler sa stratégie. La direction générale de l'Alimentation a demandé un renforcement des mesures de biosécurité et de la surveillance des élevages et abattoirs porcins. 

Les chasseurs en "sentinelle sanitaire"

Des mesures ont aussi été prises vis à vis de la faune sauvage. La chasse au grand gibier est suspendue dans les communes proches de la frontière belge. Enfin, pour détecter d'éventuels cas de sangliers contaminé, les autorités ont décidé de demander de l'aide aux chasseurs. Ils ont pour consigne de repérer d'éventuels sangliers morts.

La direction générale de l’alimentation veut profiter de leur présence sur le terrain pour jouer un rôle de "sentinelle sanitaire". Michel Thomas, président de la fédération des chasseurs de la Meuse confirme que "si les chasseurs sont en présence de cadavres de sanglier, il faudra réaliser un prélèvement d'organe et le transmettre aux services vétérinaires."

"On redoute une fermeture des frontières avec les pays clients tels que la Chine"

Les mesures de surveillance sont aussi renforcées dans les élevages et les abattoirs porcins. Paul Auffray, président de la fédération nationale porcine, s’inquiète déjà pour la santé économique de la filière.

"Ce qu'on craint c'est la fermeture des frontières des pays clients, tels que la Chine. Cela se traduirait par une crise économique importante et une chute des prix sans précédent."

D'autant que la Chine est aussi touchée : plus de 40 000 porcs ont du être abattus en Chine depuis le début de cette crise, en août. Si la peste porcine africaine peut faire des ravages dans les élevages, elle ne présente pas de danger pour la consommation humaine.

Clément Perrouault (avec J.A.)