RMC

Stéphane Travert donne six mois à la filière porcine pour trouver une alternative à la castration à vif

Le ministre de l'Agriculture a expliqué ce mercredi dans Les Grande Gueules qu'il veut tendre vers la fin de la castration des porcs à vif avec des mesures incitatives.

Les vidéos chocs d'abattoirs ont touché en profondeur la population française ces dernières années. Mais le ministre de l'Agriculture assure ne pas rester les bras croisés concernant le dossier du bien-être animal. Si la loi Alimentation a été décevante en ce sens avec de nombreuses propositions retoquées par les députés de la majorité, Stéphane Travert assure qu'il est en lien avec les différentes filières pour trouver des améliorations.

Invité du Grand oral des Grandes Gueules ce mercredi, il a expliqué qu'il a donné à l'ensemble des filières des consignes en vue de prendre des engagements dans le sens du bien être animal. Par exemple, Stéphane Travert s'est attardé ce midi sur la filière porcine, et leur donne un délai de six mois pour tendre vers la fin de la castration à vif des bêtes. 

"Il doit y avoir des garde-fous"

"Ils s'agit d'arrêter la manière dont la castration se fait aujourd'hui. On le fait de cette manière car les carcasses dégagent (dans le cas contraire) une odeur. (...) Il faut trouver des méthodes plus scientifiques (...) Il doit y avoir des garde-fous, et sanctionner les cas qui remettent en cause le bien-être animal. (...) Ils doivent me présenter des solutions dans un délai de six mois. On est proches de trouver des solutions, mais on ne le fait pas sans les membres de la filière."
Les GG