RMC

Pourquoi le confinement a fait "du bien" à la planète

RMC
Le confinement a permis de repousser de trois semaines le "jour de dépassement" prévu pour le 29 juillet.

Chaque année on surveille le fameux "jour de dépassement", le moment dans l’année où on a épuisé toutes les capacités de la terre avec notre activité. Tous les ans, ce jour arrive de plus en plus tôt. 

Normalement, il était prévu pour le 29 juillet. Mais cette année il sera "repoussé de trois semaines" et on ne l’attendra que le 22 août. Ce n’était plus arrivé depuis 2015.

C’est plutôt positif selon l’ONG qui définit la date: notre empreinte carbone devrait chuter d’environ 14% cette année ce sont les effets du confinement avec la planète à l’arrêt pendant plusieurs mois. Mais selon les calculs: il nous faudrait quand même l’équivalent d’une planète et demi pour répondre à l’ensemble de nos besoins cette année.

Pas d'effet "baby-boom"

Par contre le confinement n’aura pas d’effet sur la natalité. Vous vous souvenez qu’on avait tous tablé sur un "baby-boom" neuf mois après le confinement. On y avait tous cru en apprenant que les ventes de tests de grossesses avaient augmenté de 37% lors de la cinquième semaine de confinement.

En réalité: les experts pensent que ça n’arrivera pas. Et que c’est même l’effet inverse qui va se produire. On devrait assister à un "report" des projets à cause de l’incertitude générale. Ils imaginent plutôt un effet "baby-boom" à la fin de la crise. On en rigole mais le sujet est pris au sérieux car la fécondité baisse depuis 2015. On est passé de 2 à 1,9 enfants par femme l’année dernière.

Quentin Vinet