RMC

Saint-Valentin: pourquoi il faut éviter d'acheter des roses

Acheter des roses pour la Saint-Valentin est un désastre écologique. Selon l'association "Fleurs d'ici", un bouquet de roses, souvent importées d'Afrique ou d'Amérique latine, représente l'équivalent d'un Paris-Londres en avion. Heureusement, d'autres alternatives plus respectueuses de l'environnement existent.

C’est la journée de l’année pour les fleuristes. En ce lundi de la Saint-Valentin, les vendeurs de fleurs s’apprêtent à réaliser près d’un quart de leur chiffre d’affaires annuel, alors que 36% des Français comptent participer à la fête des amoureux. Mais attention: acheter des roses, les fleurs qui ont le plus la cote à cette occasion, est une hérésie en cette saison.

Leur production et leur vente en France est aussi un désastre écologique. "Les roses, en ce moment,​ ce n'est pas de saison. Cela pousse entre mai et octobre", explique ce lundi sur RMC Hortense Harang, fondatrice de "Fleurs d'ici", une marque "de fleurs éthiques", qui propose des fleurs en circuit court et produites en France.

"Autrefois, la Hollande avait le monopole de la production sous serres chauffées, mais avec le choc pétrolier de 1973, on a délocalisé vers des pays sur l'équateur. Au Kenya et en Ethiopie pour l'Afrique et en Equateur et Colombie pour l'Amérique latine. Aujourd'hui, ces fleurs sont produites dans ces pays par une main d'œuvre pas très bien payée et exposée à des doses de pesticides bien souvent interdites en Europe. Ensuite, elles sont importées en avion, ce qui fait qu'un bouquet de 25 roses importées c'est l'équivalent d'un Paris-Londres en avion", détaille Hortense Harang.

>> Tous les podcasts RMC

Des mesures pour favoriser une filière responsable

Pour ravir sa Valentine ou son Valentin, il faut donc privilégier des fleurs de saisons produites localement comme les anémones, le mimosa, le pavot, les tulipes, les giroflées ou les violettes. "Une centaine de variétés sont produites en ce moment et poussent en France. Il y a beaucoup de fleurs à acheter mais pas des roses", plaide Hortense Harang.

Pour sensibiliser les Français à la provenance des fleurs, "Fleurs d'ici" invite à signer une pétition à l'attention des candidats à la présidentielle et plaide pour la mise en place de trois mesures afin de favoriser les fleurs françaises. La première, indiquer l'origine des fleurs, comme c'est le cas pour les fruits et légumes. Deuxièmement, stopper l'importation de fleurs ayant été traitées avec des pesticides interdits par l'Union européenne. Et enfin, orienter la commande publique vers les fleurs locales.

Lorsqu’on interroge les millions de Français sur les cadeaux qu’ils comptent offrir à leur partenaire, les fleurs (22%) sont privilégiées, comme chaque année. Le parfum arrive en seconde position (19%), suivi des chocolats (13%) selon un sondage Yougov.

>> A LIRE AUSSI - Mais au fait, qui était Saint Valentin (et pourquoi est-ce la fête des amoureux le 14 février)?

Guillaume Dussourt