RMC

Amour d'été: "J'étais juste parti pour choper, et finalement on est toujours ensemble"

Seuls 17% des Français envisagent l'été "pour vivre une histoire sans lendemain", selon une enquête Meetic (photo d'illustration).

Seuls 17% des Français envisagent l'été "pour vivre une histoire sans lendemain", selon une enquête Meetic (photo d'illustration). - AFP

64% des Français ont connu un amour d'été, selon un sondage du site de rencontres en ligne Meetic, dévoilé mardi. Une histoire d'un soir, d'un mois, et parfois une histoire qui dure. 14% affirment qu'elle continue aujourd'hui. C'est le cas pour David, qui a rencontré sa compagne Estelle lors d'une soirée dans un bar de Grèce, en août 2016.

David, a 40 ans, il est Parisien et travaille dans la communication. C'est lors de ses vacances en Grèce, en août 2016, qu'il a rencontré Estelle, sa compagne. Leur amourette de vacance s'est transformé en histoire sérieuse.

"J'ai rencontré ma compagne, Estelle, lors de mes vacances en août 2016. J'étais parti en Grèce, à Mykonos puis à Paros, avec cinq amis et avec la ferme intention de faire la fête. Nous étions bien chauds (rires). Dans ces îles des Cyclades, il y a pas mal de gens de trentenaires ou de jeunes quadras qui viennent faire la fête. Lors de la dernière soirée de mon séjour, dans un bar à ciel ouvert situé dans une crique - un endroit propice! -, j'ai repéré un groupe de trois Françaises. On a été les tchatcher avec un autre pote. Elles étaient Marseillaises, nous Parisiens, on s'est amusés sur les antagonismes entre les deux villes...

Dès le premier soir nous sommes sortis ensemble - je n'étais pas là pour blaguer et il y avait urgence vu que je partais le lendemain -. Et puis je suis allé directement à son hôtel après que l'on soit allés en boîte. L'été, dans un tel contexte et un tel endroit, c'est propice aux rencontres, c'est sûr.

Avant de rencontrer Estelle, j'étais aussi sorti pendant les vacances avec une Suédoise et une Italienne, mais je n'avais pas cherché à les recontacter ensuite. Alors que là, elle me plaisait vraiment bien et elle habitait Paris, comme moi. Donc dès le lendemain, je lui ai envoyé un message Whatsapp: 'C'était sympa hier, bla, bla, bla…' Et nous avons gardé contact comme ça pendant quelques jours. Et dès qu'on est rentrés tous les deux sur Paris, on s'est vus, on a rebu des verres, on est allés au restaurant…

"Je n'aurais jamais pensé que cela puisse durer"

C'est la première fois qu'une amourette de vacances se transforme en liaison sérieuse. Plus jeune, quand j'avais 18 - 20 ans, il arrivait que cela dure encore un ou deux mois, on se voyait vite fait et puis ça se terminait. Honnêtement, quand on est sortis ensemble je ne me suis jamais dit que ça pourrait durer. J'étais parti pour 'choper', mais pas pour rencontrer ma future compagne.

Je ne me sentais d'ailleurs pas réellement prêt à replonger dans une histoire sérieuse, puisque cela faisait seulement six mois que je m'étais séparé de ma femme. Tout n'était pas encore cicatrisé. Mais le fait de rencontrer quelqu'un avec qui ça 'matchait' bien, ça m'a motivé plus vite pour reconstruire quelque chose. Maintenant c'est sérieux, depuis mars on vit ensemble et on envisage de faire un enfant. A mon âge, je n'ai plus de temps à perdre. Soit je m'installe avec quelqu'un de fiable avec qui je fais ma vie, soit j'arrête tout de suite. Quand on a 40 ans, la probabilité de rester plus longtemps avec quelqu'un rencontré en vacances est plus importante qu'à 20 ans.

"Les mecs vous êtes tous pareils…"

Bien qu'on se soit rencontrés pendant les vacances, cela ne nous empêche pas de nous laisser partir chacun de notre côté. En ce moment je suis à Lisbonne avec quatre amis pour faire la fête, et j'ai pu partir sans problèmes. Bon, avant de partir j'ai eu droit à des petites remarques: 'tu vas encore draguer, les mecs vous êtes tous pareils…' Et puis en rentrant, je sais que je vais avoir droit à un petit interrogatoire avec des questions pièges pour savoir ce qu'il s'est passé durant le week-end (rires)."

Propos recueillis par Philippe Gril