RMC

En maillot de bain sur la plage, on cherche l'approbation dans le regard de l'autre

Porter un maillot de bain peut devenir une épreuve pour certaines personnes

Porter un maillot de bain peut devenir une épreuve pour certaines personnes - Raymond ROIG / AFP

Porter un maillot de bain sur la plage peut être une épreuve pour certains. Complexés, dépendants du regard des autres ou trop durs avec eux-mêmes, ils ne se sentent pas à l'aise face aux autres vacanciers. Mais pourquoi? Comment surmonter cela? Nelly Biodore, psychologue, répond à cette question pour RMC.fr.

Nelly Biodore, psychologue.

"On connait le diktat social par rapport à ce que l'on est censé être sur la plage: fin, élancé, sans gros ventre. Pour les hommes comme pour les femmes. Il faut être comme sur les images de mode. On se compare en permanence à ces photos qui sont, soit dit en passant, très souvent retouchées.

Nous nous imposons d’avoir telle ligne, telle forme. Ce qui est très compliqué, c’est que les femmes comme les hommes perdent de vue que faire des photos pour des magazines de mode est un métier. Or, pour nous, ce n’est pas un métier d’aller à la plage. Se mettre en maillot de bain a normalement une fonction. C’est se mettre à l’aise pour aller dans l’eau.

"On recherche de l’assurance dans le regard des autres"

On est dépendants du regard d’autrui car on ne se sent pas nous-mêmes. Lorsque l’on perd l’habitude de se sentir de l’intérieur, tout ce qui peut nous rassurer est le regard extérieur. Les femmes qui sont dépendantes du regard des autres ne se sentent pas elles-mêmes. Or, être bien dans sa peau, c’est pouvoir se sentir, se dire ‘ah là j’ai bien digéré, je me suis bien reposée, mon corps est apte à faire ce que je lui demande de faire’.

Lorsque l’on n’est pas connecté avec son propre corps, tout ce qui nous rassure est le regard de l’autre. Le regard prend la place de la sensation et comme notre regard sur nous est généralement très dur, on recherche de l’assurance dans le regard de l’autre. On veut que l’autre nous voit beau. Mais c’est là que l’enfer commence car on cherche l’approbation ou la beauté dans le regard de l’autre alors que l’autre va renvoyer ce que vous voyez de vous-même.

"Des personnes peuvent se sentir violentées de devoir montrer leur corps"

Il y a aussi la problématique de la connexion à soi. Parfois, quand on est malades, ce n’est pas le meilleur moment pour se montrer. Il y a des personnes qui peuvent se sentir violentées de devoir se montrer alors que dans leur corps, elle ne se sentent pas du tout disposées à ça. Il y a le regard de l’autre sur soi, le regard de soi sur soi et aussi les perceptions de soi-même. On peut avoir un très beau corps mais se sentir ballonné. Cela devient alors compliqué de mettre un bikini.

Ce qui peut aussi faire violence, c’est que sans les vêtements on peut se retrouver à exposer des choses que l’on veut garder pour soi. Ça peut être des cicatrices pour les femmes qui ont subi des césariennes. Il peut y avoir aussi des problèmes intérieurs, comme des problèmes de transit. Des femmes ont des ballonnements et ce n’est pas très agréable d’être en bikini aux yeux de tous quand on a le ventre gonflé.

"La nudité n’est pas une règle"

Mais il est possible de passer au-dessus de tout ça. Pour les personnes les moins angoissées, il faut tout simplement se souvenir que vous n’êtes que sur la plage. Si vous savez que vous êtes venue pour vous reposer parfois d’un an de travail, l’idée est de souffler et se rappeler que le maillot est juste là pour vous permettre de vous baigner. Pour les femmes qui ont besoin d’être rassurées sur leur sensualité, leur féminité, il ne faut pas oublier que la nudité n’est pas une règle et que l’on peut aussi rester avec un paréo, en se permettant certains voilages ou en se contentant d’un maillot de bain une pièce. Le but n’est pas de se faire violence.

Il faut aussi être plus à l’écoute de son corps. Mais si c’est extrêmement compliqué car on a vraiment trop de graisse et de cellulite, il ne faut pas hésiter à s’occuper de soi. Non pas pour plaire aux autres ou pour des questions d’esthétique mais pour retrouver le corps que l’on est censée avoir. L’important est de ne pas s’interdire d’aller sur la plage sous prétexte que l’on doit changer. Il ne faut pas faire de soi son propre ennemi."

Propos recueillis par Julie Breon