RMC

"C'est une farce": les gilets jaunes divisés sur la question du grand débat national

RMC
Dans les cortèges, les gilets jaunes sont divisés entre ceux qui pensent participer au grand débat national et d'autres qui y sont drastiquement opposés.

Manifester ou échanger en participant au grand débat national, c’est désormais la question qui se pose parmi les gilets jaunes. À Paris où 7.000 d’entre eux ont défilé dans le calme samedi, les avis étaient partagés.

À 55 ans, Anne-Marie manifeste pour son huitième samedi d'affilé, gilet jaune sur le dos, entourée de ses amis. Elle envisage de participer au grand débat national: "Je trouve que c’est important qu’on ne nous oublie pas et qu’on montre une image pacifique", explique-t-elle au micro de RMC.

"C'est une farce"

Mais pour François, ce grand débat national peut être complémentaire, mais ne peut "en aucun cas" remplacer la mobilisation qui ne faiblit pas.

"Cela peut être complémentaire et les cahiers de doléances des maires demandent à peu près la même chose que les gilets jaunes. Simplement un gouvernement qui dit vous serez libre de parler de ce que vous voulez mais de ci ni de ça, c’est mort dès le départ", assure-t-il.

C'est justement en raison de l'aspect corseté du débat que Jeremy n'y croit pas du tout. Pour lui ce débat est "une farce" et il entend bien continuer à se mobiliser: "Les gens comprennent que ça ne va pas. On ne peut pas gagner si jamais on se contente simplement de débattre. La seule méthode c’est de se mobiliser", martèle-t-il.

Charlotte Peyronnet, Guillaume Dussourt