RMC

Au collège, des études dirigées bientôt assurées par des bénévoles? "Ils n'ont pas la formation nécessaire"

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, doit rencontrer ce vendredi matin la Peep, Fédération des parents d'élèves. Au programme, le retour des études dirigées en primaire et au collège qui pourraient être assurées par les professeurs ou par des bénévoles.

Jean-Michel Blanquer rencontre les parents d'éléves ce vendredi matin. Le ministre de l'Education nationale doit rencontrer la Peep, Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public, qui ouvre son congrès à Avignon.

Le ministre devra donner des précisions sur une des propositions d'Emmanuel Macron: mettre en place des études dirigées pour aider les élèves de primaire et de collège à faire leurs devoirs après la classe. L'objectif: combler le fossé entre les écoliers aidés par leurs parents et ce qui ne le sont pas. Les élèves seront libres d'aller à ces temps d'études qui seront assurés soit par des professeurs volontaires, soit par des bénévoles –retraités, étudiants, jeunes en service civique-.

"Où trouverons-nous ces enseignants?"

Une mesure qui laisse sceptique Hervé-Jean Le Niger, vice-président d'une autre fédération de parents d'élèves, la FCPE: "C'est une bonne idée à la seule condition que ce soit des enseignants compétents, en aucun cas des bénévoles, des retraités ou des étudiants qui n'ont pas la formation pédagogique nécessaire pour faciliter les acquisitions de ces élèves qui sont déjà en difficulté sur le temps scolaire. Rappelons par ailleurs qu'aujourd'hui, il y a 34.000 journées d'enseignants qui ne sont pas remplacées donc où trouverons-nous ces enseignants pour ces études dirigées? C'est le fond du problème".

Classes bilangues au collège, douze élèves par classe en CP et CE1 en ZEP ou autonomie des établissements, sont les autres chantiers que le ministre de l'Education nationale aura à mettre en place.

P.B. avec Pierre Pillet