RMC

Aide ou triche... comment les étudiants utilisent le site d'intelligence artificielle ChatGPT?

Illustration

Illustration - MANJUNATH KIRAN / AFP

Depuis fin 2022, le site ChatGPT, une intelligence artificielle qui a réponse à presque tout, est massivement utilisée par certains étudiants pour tricher. À Lyon, des étudiants l'utilisent pour s'aider... voire tricher?

ChatGPT, intelligence artificielle accessible sur internet depuis la fin de l'année dernière, qui permet de poser tous types de questions, et d'avoir des réponses logiques et construites. Cette IA se présente sous la forme d'une boîte de dialogue dans laquelle on peut poser des questions. Un nouveau cauchemar pour les profs.

"Si on n'utilise que ça, c'est de la triche"

Antonin, étudiant à Lyon, l’a découvert grâce à des amis. Au début, il l’utilise pour faire quelques recherches pour s’amuser, avant de prendre la mesure du potentiel. "On pouvait se renseigner sur des sujets sérieux, avoir des synthèses sur des thèmes. Je me suis dit que je pouvais en avoir l’utilité pour les cours", explique-t-il à RMC. Il s’en sert alors pour présenter un article en anglais:

"Cela m’a permis de bien comprendre l’article, d’avoir une sorte de résumé. Et j’ai pu l’utiliser pour le présenter pendant un oral d’anglais".

Quentin utilise aussi régulièrement l’intelligence artificielle pour ses devoirs de BTS. Et selon lui, ce n’est pas forcément de la triche: "Je pense que si on n'utilise que ça, effectivement c’est de la triche, alors que si on décrit la dissertation, on lui pose quelques questions pour avoir quelques réponses, quelque chose à ajouter, c’est beaucoup plus cohérent de l’utiliser comme ça".

"Ça ne fait que commencer"

Très simple d’utilisation, le site permet de lancer une conversation avec l’ordinateur, sur n’importe quel sujet, et de lui poser des questions. Il va y répondre dans un langage complètement naturel en allant chercher dans une base de données gigantesque. "Il est capable d’aller chercher parmi des millions et des millions de données auxquelles il s’est intéressé, qu’il a enregistré", explique Thomas Leroy, chef d’édition chez Tech&Co. "C’est une vraie révolution d’intelligence artificielle parce qu’il y a énormément de possibilités qui apparaissent. Ça ne fait que commencer surtout", prévient-il.

À New York, les écoles de la ville ont d’ores et déjà choisi d’interdire ChatGPT. Et des cybercriminels utilisent déjà le site pour développer des logiciels malveillants.

Vincent Chevalier