RMC

C’est quoi ChatGPT, l’outil qui fait craindre une triche massive à l’école?

L'application ChatGPT chamboule internet. Grâce à sa base de données géante, cette intelligence artificielle permet d'écrire un texte plus ou moins long à partir d'une seule phrase. Un nouvel outil pour les tricheurs à l'école. Anthony Morel vous explique le fonctionnement de cette application qui va peut-être changer beaucoup de choses dans notre utilisation des intelligences artificielles.

C'est la dernière application à la mode et elle a déjà de nombreuses conséquences. ChatGPT est une intelligence artificielle développée par l'entreprise américaine OpenAI, spécialisée dans la recherche et le développement d'intelligences artificielles. Ce "chatbot" en est à sa troisième version et prend la forme d’une boîte de dialogue où l'internaute peut poser des questions.

Cet "agent conversationnel" va alors répondre dans un langage complétement naturel, en allant chercher dans une base de données gigantesque. Ainsi, l'IA a avalé la totalité du Wikipedia anglais, le plus grand du monde, et juste cette encyclopédie ne représente que 0,6% de ses données. Quel que soit le sujet ou la question, les résultats sont d’un réalisme et d’une précision hallucinante et offre une variété d'applications assez impressionnante.

ChatGPT-3 est une véritable révolution dans le monde de l'intelligence artificielle qui peut changer complètement certains domaines de la vie quotidienne. L'école est notamment frappée de plein fouet par cette innovation. Ainsi, si vous lui soumettez un sujet de dissertation de philo, une fiche de lecture, un problème de maths, il est capable d'écrire un texte cohérent, structuré de A à Z, et répond à un problème mathématique en vous expliquant la démonstration (pas juste une réponse bête et méchante).

Un outil pour tricher?

Quand on lui propose les sujets du baccalauréat de philosophie de l’an dernier, comme "discuter, est-ce renoncer à la violence ?", ChatGPT écrit un essai tout à fait correct en quelques secondes seulement. Évidemment, l'idée s'est diffusée dans les lycées ou les universités dans le but de tricher.

Alors certes, il existe des logiciels contre le plagiat, comme Ouriginal/Urkund ou Compilatio. Mais cela semble un combat perdu d'avance tellement ces logiciels vont être complètement dépassés par ces technologies. En effet, ces logiciels vont chercher dans les copies les bouts de texte qui correspondent sur Wikipédia, dans d'anciennes copies ou dans des livres. Sauf que chatGPT ne copie pas, ne reprend pas des bouts de texte existants, mais écrit à votre place un texte original du début à la fin.

>>> Réécoutez les chroniques d’Anthony Morel en podcast

Si vous posez à l'IA à cinq minutes d'intervalles la même question, il vous écrira deux copies totalement différentes. Si en plus vous prenez le temps de modifier deux ou trois formules, ajouter quelques paraphrases, ça devient indétectable. Bref, nous entrons dans un monde où il sera impossible de faire la différence entre un texte écrit par un humain et un texte pondu par une machine.

Surtout, le problème c’est que ces intelligences artificielles évoluent, s’améliorent, apprennent de leurs erreurs. Bientôt, on pourra leur demander d’imiter "notre" style d’écriture propre pour parfaire la supercherie. A partir de quelques textes que l'on a écrit, il pourra nous imiter pour générer de nouveaux contenus.

Une riposte dans les écoles

Aux Etats-Unis, certaines écoles ont bloqué l’accès à ChatGPT, ce qui n’empêche évidemment pas de l’utiliser à la maison. Des universités reviennent aux copies écrites à la main, pour éviter un simple copier-coller, même si l'étudiant peur recopier ce que propose la machine, même si c'est un peu plus fastidieux. L'autre solution, mais que demande de nombreuses adaptations dans l'organisation des établissements scolaires, est d'oublier carrément les devoirs maison et ne plus que faire des devoirs sur table.

Une riposte technologique est quand même en train de se mettre en place. Un étudiant a mis au point une "contre intelligence artificielle", qui s’appelle ChatGPTzero, que les profs peuvent utiliser et qui va tenter de déterminer si un texte a été écrit par une IA. Pour le détecter, il va regarder si un texte est "trop parfait". Si c'est le cas, il y a des chances qu’il ait été produit par un algorithme. Malheureusement, ça ne fonctionne pas à tous les coups. La seule solution valable peut venir du créateur du logiciel lui-même, qui est d'ailleurs en train de créer un outil anti-triche une sorte d’empreinte numérique ou de filigrane mis à la disposition des profs, qui révélerait que le texte a été généré par l’IA, un peu comme on détecte un faux billet en magasin.

Une habitude à prendre

Mais plus largement, ce logiciel démontre une lame de fond: il va falloir s’habituer à vivre avec, dans un monde où ces outils deviennent omniprésents. Tout le monde va les utiliser et ça nous paraîtra normal. Parmi les autres applications de cette IA, elle pourra aussi servir pour répondre à nos mails à notre place par exemple. Microsoft veut intégrer cet outil à Outlook et Word et il suffira de donner quelques indications comme "écris un mail à mon patron pour lui expliquer que je vais rendre le dossier X en retard et trouve-moi une bonne excuse" et il écrira lui-même le mail. Il n'y aura plus qu'à appuyer sur le bouton "envoyer".

Tout le monde va les utiliser, et ça inquiète déjà certains secteurs, certaines entreprises. Google s'inquiète par exemple que ChatGPT rende obsolète son moteur de recherche. La multinationale prévoit d'ailleurs une riposte pour contrer cette menace, avec sa propre intelligence artificielle: une équipe travaille dessus au sein du groupe Alphabet.

Malgré tout cela, Chat GPT reste limité. Si sa base de données est colossale, elle reste limitée et s'arrête à la fin de l'année 2021. De plus, elle n'est pas branchée à internet et n'est donc pas mise à jour en temps réel. De plus, aucune source n'y est indiquée et certaines de ses sources peuvent être fausses ou incomplètes. De quoi rassurer quelques inquiets. Mais OpenAI le promet, la version 4 de ChatGPT sera encore plus impressionnante et va sans doute s'insérer dans nos vies de manière encore plus importante.

Anthony Morel