RMC

Étudiant à Paris, j'ai dû accepter un appartement médiocre parce que je n'avais pas d'autre choix

Une étude réalisée par LocService.fr rappelle à quel point la recherche d’un appartement sur Paris est difficile pour un étudiant. Et les chiffres le prouvent: il faut compter en moyenne 824 euros par mois pour un studio dans la capitale, contre 324 euros à Poitiers. Quentin, étudiant en webdesign, témoigne sur RMC.fr des difficultés rencontrées lors de ses recherches de logement.

Quentin, étudiant en dernière année de webdesign. Il est à la recherche de son quatrième appartement à Paris.

"Cela fait deux mois que je cherche un logement plus proche de mon nouveau travail. Mais dans la capitale, les appartements partent très vite. C’est compliqué.

De plus, les locataires partent du principe que, peu importe le prix du bien, il sera quand même loué. Même si les prix et l'état des lieux sont délirants.

"Ce type de logement est laissé à l'abandon"

En général, un budget étudiant est compris entre 500 et 800 euros - et encore 800 euros je suis très généreux -. À ces prix sont seulement proposés des appartements 'type' étudiant: des 1 pièce qui ne dépassent pas les 22-23 m2 et qui sont loués n’importe comment.

Ce type de logement est laissé à l’abandon par les propriétaires parce qu’ils savent qu’ils seront loués. Les étudiants ont besoin de se loger. Pleins de propriétaires se disent: ‘de toute façon, je vais le louer alors autant ne pas l’entretenir et ne pas dépenser d’argent’.

"30 personnes pour une visite"

Quand on visite ce genre d’appartement, on vous communique un horaire de visite. Vous vous retrouvez souvent à 30 personnes pour une visite, dans un lieu de 20 m2. Vous passez déposer votre dossier et c’est tout. C’est à la chaîne. En plus, vous avez peu de chances d’être pris, à moins d’avoir le super dossier qui est meilleur que celui des 30 autres.

Pour autant, les biens ne sont pas du tout luxueux. J’ai déjà dû visiter des appartements insalubres où des restes de bouffe d’anciens locataires traînaient sur le plan de table. Le ménage n’avait pas été fait et il y avait de la moisissure sur tous les joints de la douche, des fenêtres. C’était vraiment dégueulasse. Sans parler des arnaques.

"Des garanties qu'un étudiant n'est pas en mesure de donner"

Pour mon précédent appartement, j’avais repéré une annonce où il était proposé un appartement de 22 m2 pour 700 euros. Quand je suis arrivé pour effectuer la visite, il ne faisait que 16 m2. C’était une arnaque. Mais comme mon contrat allait débuter dans pas longtemps, j’ai été obligé d’accepter.

Les propriétaires demandent des garanties qu’un étudiant n’est pas en mesure de donner: le premier mois de loyer, le mois de garantie, les frais d’agence... Si vous n’avez pas vos parents derrière, c’est impossible. Heureusement pour moi, j’ai la chance d’avoir un dossier qui passe assez facilement, avec des garants. Mais c’est quand même toujours un stress énorme parce qu’on se dit que si on ne trouve pas, on va devoir rentrer chez nos parents ou vivre chez des amis le temps de trouver. Par conséquent, on se retrouver obligés d’accepter des appartements médiocres puisque l'on n’a pas d’autres choix."

Propos recueillis par Julie Breon