RMC

Le port de l’uniforme à l’école est-il un "enjeu d’égalité"? Ça fait débat sur RMC

Une majorité de parents d'élèves des écoles élémentaires de Provins s'est prononcée en faveur du port, non obligatoire, de l'uniforme lors d'une consultation organisée par la mairie LR de cette ville de Seine-et-Marne, conformément aux orientations du ministre de l'Education nationale.

Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a salué la décision prise à Provins, en Seine-et-Marne. 62% des parents consultés se sont dits favorables au port de l’uniforme. Dans les six écoles primaires de la ville, les élèves pourront donc porter une seule et même tenue après les vacances de la Toussaint

Le temps de passer commande et de recevoir la dizaine de pièces qui composent cet uniforme. Quatre polos floqués de la devise de la République, une veste marine, deux pantalons noirs, un bermuda pour les garçons et une jupe pour les filles.

Yohann a 10 ans. Il est en CM2 à Provins. Et il n’est pas du tout emballé par cette histoire d’uniforme: "Je n'aimerais pas en avoir parce qu'on a envie de s'habiller comme on veut et mettre des uniformes tous de la même couleur, je n'aime pas. Dans l'école où je suis, on s'habille tous bien. Ca sera lassant à force".

Il n’aime pas et c’est bien pour ça qu’il ne sera pas forcé. A Provins, les élèves auront la possibilité de porter l’uniforme mais ce ne sera pas obligatoire. L’idée est de laisser le choix aux familles, d’aider financièrement les plus modestes à acheter le trousseau.

"On commence déjà à voir des enfants de maternelle porter de la marque"

Pour le maire de la ville, comme pour le ministre Jean-Michel Blanquer, c’est avant tout un enjeu d’égalité. Selon eux, les marques comptent beaucoup trop dans le choix des élèves. Lydia est parent d’élève à Provins et elle confirme: "C'est sûr que par rapport aux vêtements, on voit déjà ceux qui sont mieux situés que d'autres. Donc l'uniforme, ça peut être une solution. De nos jours, ça commence dès la primaire, même en dernière section de maternelle, on commence déjà à voir les enfants porter de la marque, d’autres non. Je pense que plus tôt c'est fait, mieux. Et la personnalité peut plus rentrer en ligne de compte".

Et cela peut aussi développer une certaine fierté autour de l’école selon Jean-Michel Blanquer. Le ministre encourage les villes à proposer l’uniforme. Mais il affirme que rien ne sera organisé au niveau national.

Matthieu Rouault (avec P.B.)