RMC

Votre enfant va-t-il (vraiment) reprendre l'école le 11 mai? Le calendrier dévoilé par Jean-Michel Blanquer

Interrogé devant la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, le ministre de l'Education nationale a livré les "grands principes". Explications.

Il y aura le 11 mai pour les profs. Et puis le 12 pour les élèves. Mais aussi le 18 voire beaucoup plus tard. Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a dévoilé mardi les premières pistes pour une reprise progressive de l'école. Il s'agira d'une rentrée progressive et par âge sur le modèle allemand. Interrogé devant la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, il a livré les "grands principes", issus d'une concertation avec les organisations syndicales, fédérations et collectivités, pour rouvrir "progressivement" les établissements scolaires fermés depuis le 16 mars en raison du coronavirus.

Cette reprise pourrait donc se faire sur "trois semaines" à partir du 11 mai. C'est d'ailleurs la première date à retenir: le 11 mai pour la pré-rentrée des enseignants. Dans les jours qui suivront les élèves de grandes sections, de CP et de CM2 reprendront en premier le chemin de l'école.

La semaine suivante, dès le 18 mai, ce sera au tour des collèges et des lycées mais uniquement pour les classes de 6ème, de 3ème, de Première et de Terminale, ainsi que les ateliers industriels en lycée professionnel. 

Tout le monde à l'école en juin... par petits groupes

Enfin, il faudra ensuite attendre du 25 mai pour que l'ensemble des niveaux reprennent les cours... mais par petits groupes ne dépassant pas 15 élèves. Pour y arriver "l'élève sera dans quatre situations possibles", a-t-il précisé: soit en demi groupe, soit "à distance", soit à l'étude "si la configuration de l'établissement le permet", soit dans une activité sportive ou "d'éveil"si la commune est en mesure d'en mettre en place.

La situation pourrait être plus simple dans les écoles défavorisées, où les classes ont déjà été dédoublées en CP et CE1, ainsi que dans des écoles rurales qui comptent moins de 15 élèves par classe. 

"Pour les petites et moyennes section de maternelle, l'objectif est que toutes les classes soient rentrées en juin", a-t-il ensuite déclaré, précisant que pour le respect des gestes barrières, cela supposait "des groupes inférieurs à 10 élèves".

Et si des parents ne veulent pas envoyer leur enfant à l'école?

Il s'agit de "grands principes", mais il y aura "beaucoup de souplesse locale", a insisté le ministre. Si une famille ne veut pas envoyer son enfant à l'école, ce sera possible mais dans ce cas, il aura l'obligation de suivre l'enseignement à distance: "Un élève ne sera jamais en dehors de l'obligation scolaire".

Le ministre a aussi assuré qu'avant la réouverture des écoles, un "protocole sanitaire" serait établi, avec par exemple une doctrine sur la nécessité de tests ou le port du masque. N'ouvriront par ailleurs que les établissements où il y aura du savon, du gel et des points d'eau. Quant aux enseignants, les professeurs seront tous présents physiquement, à l'exception des enseignants vulnérables. 

Enfin, Jean-Michel Blanquer prévient: l'idée de ce retour à l'école ne sera pas de boucler les programmes à tout prix. Les cours du mois de mai et de juin n'auront rien à voir avec les années précédentes, a tenu à préciser le ministre de l'Education nationale. 

Jérémy Trottin avec Xavier Allain