RMC

"Il était à terre, il saignait beaucoup": en voulant faire respecter le confinement, un élu violemment agressé par des jeunes

Parce qu'il demandait à des jeunes de rentrer chez eux et de ne pas trainer dehors, ce conseiller municipal de Rions en Gironde, a été agressé. Une voisine raconte sur RMC.

Le conseiller municipal de Rions en Gironde, commune de 1.500 habitants, agressé par un groupe de jeunes. Il leur avait demandé à plusieurs reprises ces derniers jours de respecter l’arrêté municipal de fermeture du skate-park sur lequel ces jeunes se rassemblaient.

Tout bascule samedi, en fin d'après-midi, après une énième remontrance. Il est 17h environ lorsqu’un élu de la commune interpelle les jeunes et leur indique qu’en raison du confinement, l’accès au skate-park est interdit. Les individus se rapprochent alors de lui. C’est à ce moment-là que Marie-France qui vit juste en face sort de chez elle. 

"Ça ne leur a pas plu et du coup, ils l’ont bousculé violemment. Il a fait une forte chute sur le ciment. Ce monsieur était à terre, il saignait beaucoup. Il est arrivé à se relever avec mon aide. Je l’ai fait asseoir un petit peu plus loin et je suis vite rentrée chez moi chercher de quoi le soigner et en même temps, j’ai demandé à ma fille d’appeler les gendarmes”, détaille cette habitante. 

Un confinement difficile à faire appliquer

Transporté à l'hôpital, il souffre d'importants hématomes au crâne. Dimanche soir, il était toujours en observation. 

Très rapidement, Vincent Joineau, le maire de Rions, est mis au courant. Avec beaucoup de lassitude, il évoque les difficultés pour les élus à faire respecter les règles du confinement. 

“Nous faisons de la médiation, on circule beaucoup, pour faire rappeler les règles, pour que les jeunes retournent chez eux. Aujourd’hui, l’élu ne peut pas faire appliquer le confinement et les exigences du confinement. C’est strictement impossible”, assure-t-il. 

Le maire prévoit de renforcer la surveillance en installant des caméras autour de la zone.

Florian Chevallay avec Guillaume Descours