RMC

"Je ne sais plus, on a le droit de dire 'singe'?": la comparaison douteuse de Nicolas Sarkozy provoque l'indignation

L’ancien président, Nicolas Sarkozy, a retenu l'attention avec une déclaration qui semble faire le lien entre "singe" et "nègre".

Une phrase qui ne passe pas. Invité de l'émission Quotidien sur TMC jeudi soir, Nicolas Sarkozy a provoqué un tollé en semblant comparer les mots "singes" et "nègres". 

"Il y a cette volonté des élites, qui se pincent le nez, qui sont comme les singes qui n'écoutent personne. Je ne sais plus, on a le droit de dire 'singe' ? Parce qu'on n'a plus le droit de dire les, "Les dix petits nègres", on dit "Les dix petits soldats maintenant ? Elle progresse la société", a-t-il lancé en faisant référence au roman policier d'Agatha Christie, "Ils étaient dix", anciennement titré "Les dix petits nègres".

Une phrase qui a provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux et à gauche: "Ainsi donc un ancien président de la République française associe spontanément les singes aux 'nègres'. Le racisme sans masque", a assuré le chef du parti socialiste Olivier Faure sur Twitter.

"On peut mettre un signe égal entre "nègre" et "singe", dans un abyssal silence

"Aujourd’hui 'on ne peut plus rien dire' mais... on peut mettre un signe égal entre “nègre” et singe, dans un abyssal silence, sans contradiction. Du pur et profond racisme, décomplexé, naturel. Au calme", a lancé de son côté Audrey Pulvar, adjointe à la mairie de Paris et ancienne journaliste.

"15 ans après le 'karsher', 'la racaille' et après avoir contaminé la quasi-totalité des partis politiques (gauche comprise), la boucle est bouclée. Donc on peut repartir depuis le début ? Lier insécurité et immigration est raciste. C'est tout", a lancé Aurélien Taché, ancien député de la majorité aujourd'hui dans les rangs d'Ecologie Démocratie Solidarité.

G.D.