RMC

Journée contre le harcèlement scolaire: "Derrière un écran, c'est beaucoup plus décomplexé"

-

- - AFP

L'Education nationale organise jeudi la deuxième journée nationale annuelle sur le thème "Non au harcèlement". Cette année, l'accent est mis sur le cyberharcèlement qui a pour spécificités de disséminer très rapidement les attaques, de favoriser le sentiment d'impunité et de laisser des traces numériques, qui échappent au contrôle du harcelé mais aussi du harceleur.

Justine Atlan, présidente de l'association e-Enfance depuis 2009:

"Beaucoup d'enfants n'auraient pas osé harceler un de leur camarade de visu mais derrière leur écran ils vont le faire de façon beaucoup plus décomplexée. En effet, la protection de l'anonymat, de l'écran et du groupe dans lequel ils ne font qu'apporter une petite pierre à l'édifice, déjà bien construit, les déresponsabilisent totalement et les font passer à l'acte plus facilement. Faire participer ces enfants qui dans un harcèlement classique ne serait jamais passer à l'acte est un des fléaux du cyberharcèlement.

Cette année nous insistons vraiment sur le fait que nous voulons responsabiliser les témoins qui, sur la sphère numérique, vont passer à l'acte, devenir des acteurs de ce harcèlement. Parfois sur un petit geste banal dont ils n'imaginent pas la portée et le caractère destructeur. C'est à nous, adultes, parents, éducateurs, de transmettre ces principes de citoyenneté, de lien social à avoir et de réflexes à adopter, y compris en ligne, pour ne pas être quasiment dans la non-assistance à personne en danger, voire à de la complicité".

M.R avec Lucile Huguet